Facebook Accueil

Rencontres Tsiganes

Lettre d'information


L'éditorial

ENFIN DE BONNES NOUVELLES !

gartner_gerard6famille-mateo-1921-franceIl n’est pas très fréquent que nous nous réjouissions des informations portées par les médias au sujet des Gens du voyage. Il faut donc noter avec satisfaction les “bonnes nouvelles“ parues ces derniers jours :

 

LA CULTURE

Une charte intitulée « Culture - Gens du Voyage et Tsiganes de France » a été signée le 22 septembre 2016 entre le Ministère de la Culture et de la communication et les représentants des principales organisations de Tsiganes et Gens du Voyage. Au-delà de son caractère symbolique, ce texte constitue une étape importante dans la reconnaissance du droit à la “différence“ revendiqué de longue date par ces associations et ceux qui les soutiennent. Il ne s’agit pas seulement de mettre en lumière les moyens d’expression traditionnels des Tsiganes comme la musique, la danse. Cette charte est une reconnaissance par l’Etat de l’importance « des savoirs faire traditionnels en tant que source de richesse immatérielle et matérielle, de la nécessité de prendre des mesures pour protéger la diversité des expressions culturelles, y compris de leurs contenus, en particulier dans des situations où les expressions culturelles peuvent être menacées d’extinction et de graves altérations . charte-culture-gens-du-voyage-et-tsiganes-de-france

manitas-de-plata 

Ce document officiel constitue, une étape significative dans la reconnaissance des droits de Tsiganes et Gens du Voyage. Nous savons cependant qu’une telle charte qui remet en cause bien des stéréotypes encore largement répandus n’aura de sens que si elle trouve un écho sur le terrain auprès des acteurs locaux et pas seulement les “gens de la culture“.A nous de diffuser et faire connaître ces engagements de l’Etat et d’en assurer concrètement la mise en œuvre.

LA MEMOIRE

Le samedi 29 octobre prochain se tiendra le rassemblement annuel à MONTREUIL BELLAY de tous ceux qui se souviennent du sort réservé par le gouvernement de Vichy aux nomades enfermés dans des camps d’internement, véritables mouroirs, à travers la France alors sous le joug nazi. Avec l’aide d’historiens et de chercheurs, un travail de mémoire a été entrepris pour faire reconnaître les responsabilités de l’Etat dans ces graves atteintes aux droits “d’aller et de venir“ de citoyens français. Il s’agit également de mettre lumière le rôle de ces hommes qui ont combattu et ont péri sous l’uniforme pour la défense de la patrie ou qui se sont engagés avec courage dans la résistancememorial-metz

Cette reconnaissance avait trop longtemps tardé malgré quelques gestes de Ministres des Anciens Combattants. Il convient donc de mesurer l’importance et de se réjouir de l’annonce de la participation officielle des plus hautes autorités de l’Etat et de François Hollande Président de la République. Au-delà de cette cérémonie du souvenir, on écoutera avec attention les propos et les engagements du Président de la République.

 DE NOUVEAUX DROITS

Mardi 18 octobre 2016, les sénateurs ont adopté avec modifications, par 177 voix contre 146, le projet de loi, adopté par l'Assemblée nationale après engagement de la procédure accélérée, relatif à l'égalité et à la citoyenneté.

Ce texte reprend l’essentiel du projet de loi votée par l’Assemblée Nationale en juin 2105 à l’initiative de Dominique RAIMBOUR et décide l’annulation de la loi du 5 janvier 1963. Cette annulation est une victoire attendue depuis longtemps par tous ceux qui militent pour l’accès à la pleine citoyenneté des Tsiganes et gens du voyage. Il convient cependant d’attendre la fin de la procédure législative qui prévoit un nouveau vote des Députés dans les prochaines semaines. Il faut souhaiter qu’ils ne prennent pas en compte les amendements inacceptables des Sénateurs et maintiennent le texte d’origine. Encore un peu de patience.

RESPECT de LA LOI

Après plusieurs années de refus, et à la suite d’une enquête approfondie sur le sujet, la commission départementale des gens du voyage des Bouches-du-Rhône a, dans sa séance du 22 septembre 2016, pris acte de l’importance des besoins de sédentarisation des familles dans le département et engagé un programme d’intervention. C’est une première étape qui devrait pouvoir se concrétiser par la réalisation de terrains familiaux dans quelques communes. Mais il y a encore beaucoup de personnes à convaincre de l’intérêt d’un tel projet.

A grands renforts de rubans coupés et de discours justificatifs, une vingtaine d’élus communaux et métropolitains ont inauguré la 3ème aire d’accueil de la communauté du pays d’Aix (CPA).  Le Sous-Préfet, dans son discours, a rappelé que ce projet était bien quoique tardif puisqu’il avait été décidé en 2003 et que la CPA devait encore ouvrir 7 aires d’accueil pour être en conformité avec la loi BESSON. En attendant, les familles qui venaient de s’installer sur le terrain étaient satisfaites mais attendaient impatiemment les branchements aux fluides.

 Une fois n’est pas coutume ! Voilà des raisons, certes d’importances inégales, mais qu’il convient assurément de noter. Ces résultats n’auraient pas été obtenus sans la longue et patiente mobilisation de tous ceux qui, avec les Gens du voyage, militent pour la reconnaissance de leurs droits de citoyens.

 Marseille le 20 octobre 2016

Alain FOUREST