Facebook Accueil

Rencontres Tsiganes

A Carros près de Nice, une incroyable histoire de chats 27 janvier 2006

Suite à l’appel désespéré d’une voyageuse, hier soir, j’ai rédigé la chronologie des faits invraisemblables qui se sont déroulés sur la commune de Carros, dans les Alpes-Maritimes. Qui peut aider cette famille, éventuellement la rencontrer à Carros, pour tenter d’y voir plus clair ?
Existe-t-il une solution juridique ?
Que faire vis-à-vis de l’association de protection des animaux pour qu’elle retire sa plainte ?
Je lance un appel à toutes les associations, plus particulièrement à celles présentes sur le département des Alpes Maritimes (Mrap, LDH, etc.)
Je tiens à disposition le téléphone de Madame G.

Un grand merci à tous et toutes.

André.

——————————————

{1{Affaire Carros (06)}1}

Des Gens du Voyage occupant une quinzaine de caravanes, au mois de décembre, sur la commune de Carros dans les Alpes Maritimes, reçoivent un avis d’expulsion de la part du Maire, avec une astreinte de 1500 euros par jour de retard.
Motif invoqué : ce terrain doit faire l’objet de travaux d’aménagement…
Les voyageurs payaient un ‘loyer’ de 32 euros par semaine et par caravane à la mairie de Carros.
Les travaux n’ayant pas débuté à la date prévue, les voyageurs sont restés sur les lieux pour les fêtes de fin d’année et ont quitté le terrain le 3 janvier.
Après une douzaine de jours passés sur la commune de St-Laurent-du-Var, les voyageurs de 3 caravanes décidaient de revenir – avec l’accord du maire – sur la commune de Carros. Installés sur le même terrain insalubre, infesté de rats, ils ont vu, le jeudi 19 janvier, débarquer le commandant de gendarmerie accompagné de 7 gendarmes. Ceux-ci ont fouillé partout jusqu’à retrouver deux chats, appartenant à Madame G.
Ces 8 gendarmes sont intervenus à la suite d’une plainte de deux dames, membres de l’association Stéphane Lamart pour la protection des animaux, et offusquées de voir les chats de Madame G. en cage près des caravanes !
Madame G. précise en effet que, en raison de l’importance de la circulation à proximité des caravanes, elle protège ses chats dans une cage la journée et ne les lâche que le soir. Par ailleurs, elle reconnaît que la cage vue par les deux dames en fin de journée n’avait pas été nettoyée depuis le matin…
Les gendarmes ont emmené les deux chats qui, depuis, ont été tatoués au nom de l’association Stéphane Lamart (80 bld de Reuilly, 75012 Paris – 01 44 75 00 47 – 06 20 06 07 04) qui a déposé plainte contre Madame G. pour maltraitance, l’avertissant par ailleurs qu’elle risquait 3 ans de prison et 3000 euros d’amende !
Aujourd’hui, privé de ses chats, un enfant est bien malheureux.
Les gendarmes ont emporté les livrets de circulation que Madame G. a pu récupérer depuis à la gendarmerie.
Le commandant de gendarmerie – visiblement très raciste vis-à-vis des Gens du Voyage, aux dires de M. et mme G. – a voulu vérifier si les voyageurs ne volaient pas l’électricité et l’eau, en compagnie d’un adjoint au maire. La gendarmerie porte plainte pour vol d’eau et d’électricité ! Selon Mme G., le Maire ne serait pas informé des faits…
Les voyageurs ont proposé depuis le début de payer eau et électricité à la mairie. La mairie a refusé, mais a encaissé les 32 euros par semaine lors du premier séjour…
Par contre, depuis le retour des 3 caravanes, avec l’accord du maire, les voyageurs n’ont vu personne venir encaisser les 32 euros…

Cette famille est effondrée, entre plainte de la gendarmerie, plainte de l’association de protection des animaux, la perte de ses deux chats…
C’est un appel au secours qu’elle lance…
Qui peut les aider à faire respecter leurs droits et à les sortir de cet imbroglio ?
Merci.