Facebook Accueil

Rencontres Tsiganes

Acharnement à Cogolin 3 février 2006

Marseille le 3 /02/2006

{1{Communiqué}1}

{2{Acharnement judiciaire et policier contre les familles tsiganes à COGOLIN}2}

Depuis quelques jours, la situation semblait se normaliser, les familles ayant quitté le terrain litigieux afin d’éviter l’affrontement avec les forces de l’ordre, elles s’étaient déplacées sur un terrain voisin appartenant à la commune. Hier elles ont eu la grande surprise de se voir saisir par la gendarmerie un de leurs camions. On les a menacés de saisir d’autres véhicules si elles ne partaient pas. On leur a dit qu’elles devaient quitter toute la presqu’île car elles seraient rejetées de toutes communes du golf de Saint-Tropez. De guerre lasse, elles ont quitté Cogolin jeudi soir 2 février et se sont dispersées dans le département.

Ouf ! l’ordre républicain est ainsi respecté ! les apparences sont sauves !

Plusieurs questions demeurent :

-La commune de COGOLIN ne s’étant pas conformée à la loi du 5 juillet 2000 pourquoi le Procureur à -t-il donné l’ordre de saisir les véhicules en s’appuyant sur la  » loi-sécurité et liberté  » dite loi Sarkozy ?

-Pourquoi l’administration se refuse à reconnaître que ces familles sont sédentarisées depuis de nombreuses années à COGOLIN ? Pourquoi n’ a-t-elle pas mis en œuvre les procédures concernant  » l’habitat indigne  » et en particulier l’ordonnance du 14/12/2005 ?

-Où doivent aller ces familles ? Quelles solutions de relogement leur propose le maire ? Que deviennent les enfants inscrits à l’école de COGOLIN ? les personnes ayant un emploi sur place ? Les personnes gravement malades qui suivent un traitement lourd ?

{{L’acharnement contre ces familles de la part des pouvoirs publics du VAR : le Maire de Cogolin, les Sous Préfecture, le Procureur de la république est finalement les gendarmes, est parfaitement inadmissible et relève, à n’en pas douter, d’une discrimination manifeste vis-à-vis des Tsiganes.}}