Facebook Accueil

Rencontres Tsiganes

COGOLIN : Le gâchis 10 février 2006

Ce jeudi 2 février, sous la pression de la gendarmerie qui avait saisi un véhicule et menaçait d’en saisir d’autres, les familles de COGOLIN , de guerre lasse, ont quitté le terrain sur lequel elles vivaient depuis près de quinze ans. On lira ci-dessous le compte rendu de D. Valet qui montre l’étendue des dégats causés par l’acharnement des pouvoirs locaux et nationaux contre ces familles tsiganes sédentarisées
Nous contestons les décisions du juge dans l’application de la loi Sarkozy mais aussi le comportement inhumain de la gendarmerie et des services de la Sous-Préfecture
Nous mettrons tout en œuvre pour que,dans cette affaire, les erreurs manifestes des uns et des autres soient reconnues. La prochaine réunion prévue à TOULON le 8 mars doit nous permettre d’organiser la riposte la plus large.
Dans l’immédiat, on pourra lire la lettre envoyée au Procureur de la République de Draguignan.

{2{Compte rendu de la rencontre avec les familles restées sur Cogolin}2} :

– Situation, le samedi 4 février 2006 :
1) 4 caravanes, 9 personnes dont 2 enfants scolarisés à l’école de Cogolin.
*Famille PANS :
M. et Mme Pans Sabine, 4 personnes dont 2 enfants scolarisés
Mme Pans Laurence, la belle mère sous assistance respiratoire (16h sur 24 h)
Mlle Pans Christine, belle soeur atteinte d’un cancer du foie
*Famille MICHELOT :
M. et Mme Michelot
Ces deux familles sont actuellement sur un terrain privé, sans eau ni électricité, dans la plaine de Grimaud. Ce terrain appartient en indivision aux enfants Michelot (héritage). Malheureusement ils sont en conflit de succession sur ce terrain d’environ 3200m2. Ce terrain insalubre pour des enfants et des personnes malades, pollué par des hydrocarbures, a été transformé en décharge, en lieu de stockage de ferraille. (Voir photos jointes)
En fonction de cette situation, les familles comptent quitter ce terrain au plus tard le Lundi 13 février 2006, date du retour de Mlle Christine Pans dépressive, actuellement dans de la famille pour se reposer, qui doit aller ce jour là à Marseille pour son traitement mensuel de chimiothérapie. (cette personne est ensuite suivie par un médecin de Cogolin, M. Roche)
2) Les familles Aubert (M. et Mme) et Duverney (Mère et fils) sont allées à Brignoles, sur le terrain près de la piscine.
3) Le fils de M. et Mme Michelot est hébergé provisoirement à Cogolin chez un ami de travail.
4) Toutes les familles gardent un contact entre elles.
– Autres informations :
* Le terrain du square Jean Moulin, dit « Pont de la vapeur » est inaccessible, ainsi que le deuxième terrain à moitié communal. Les tranchées, le labourage, les pierres, la destruction des WC et des boites aux lettres ainsi que du compteur électrique. (Voir photos jointes)
*Le jeudi 2 février 2006, Mme Pans a eu un contact avec le Directeur de l’école de ses enfants.
Mme Pans sabine lui a demandé pourquoi il ne les avait pas soutenus, principalement en ce qui
concerne la scolarisation des enfants dans son école.
Il a répondu qu’il ne pouvait rien faire, « venez chercher les certificats de radiation ».

*Mme Pans Laurence, mère de M. Frankie Pans est dans l’impossibilité de faire son traitement
d’assistance respiratoire. (16h sur 24h)

*Dans la zone industrielle de Cogolin, habite depuis des années en caravane la nièce de M. Michelot, une grande amie de M. SENEQUIER, le Maire.

*Près du cimetière de Cogolin, des personnes d’origine arabe habitent dans des caravanes sur un terrain communal, sans être inquiétées.

*Dans un terrain, au bout du monde dans la colline, sur la commune de Cogolin, habitent en caravanes les familles CAGNAC et PAELOTTI. (Plusieurs caravanes avec un abri de jardin)
Le terrain est raccordé à l’électricité, mais pas à l’eau.
Ils sont en location sur le terrain de M. Gérard SEILLON, ancien responsable propriétaire du camping COCADIS de Cogolin.
M. René CAGNAC est gravement malade. Nous y sommes allés pour le rencontrer, mais il était couché.
M. SEILLON, a des problèmes avec le Maire de Cogolin qui est intervenu pour faire pression afin d’obtenir le départ des familles.

*Je suis en contact avec Mme COLIN, l’amie des familles, habitant dans le lotissement voisin. Mme sabine Pans se charge de récupérer le texte de la lettre que plusieurs personnes du lotissement viennent d’envoyer au Maire suite au départ des familles.
Contact : Mme Lucette COLIN – 04.94.54.04.36

Les familles recherchent une aide pour un groupe électrogène. Peut-être avec les associations tsiganes qui sont venues à la manifestation de soutien à Cogolin ?

Elles veulent absolument répondre à la mairie de Cogolin et aux affirmations faites dans l’article de Var matin avec notre soutien.

{{Dernière minute : mercredi 8 février la mairie de Cogolin vient de prendre un arrêté affiché square Jean Moulin : Le terrain est déclaré inondable.C’est le comble de l’hypocrisie !}}

Pièces jointes

lettre au procureur Télécharger