Facebook Accueil

Rencontres Tsiganes

Des familles Roms à la Porte d’Aix à Marseille 15 juillet 2006

Ces familles qui survivent en faisant de la ferraille vivent sur cet espace dans des conditions d’inconfort et d’hygiène indescriptible. Elles font assez régulièrement des allers et retours dans leurs villages (où sont restés la majorité des enfants) pour se mettre en règle avec la durée du séjour. Des volontaires de Médecins du Monde leur apportent quelques soins et des jerricanes d’eau. Depuis quelques jours la chaleur aidant la situation sanitaire s’est aggravée et plusieurs personnes sont malades ou atteintes de divers maux. Médecins du Monde a, sans succès dans un premier temps, alerté les autorités et la mairie de Marseille. Il a fallu un article dans la presse pour qu’une réunion soit organisée sur place avec deux adjointes au maire et les responsables du SAMU social de la mairie. Devant l’urgence mais aussi les pétitions et interventions des habitants d’un immeuble voisin, il semble que les autorités municipales aient pris conscience du caractère intolérable de la situation. Après une difficile négociation, la mairie a finalement autorisé la mise en place d’un point d’eau et de sanitaires Une procédure d’expulsion a cependant été engagée sans qu’une proposition réaliste ait été faite aux familles.

Nous avons rappelé que, ce type de situation allait se reproduire régulièrement si une politique cohérente n’était pas rapidement mise en place. Depuis plusieurs années déjà, dans Marseille et dans le département, plusieurs regroupements de ce type existent sans qu’aucune solution sérieuse n’ait été envisagée tant de la part l’Etat du Conseil Général ou des communes. Au-delà du caractère humanitaire justifiant une intervention des pouvoirs publics auprès de ces familles, il est irresponsable de laisser se développer de telles situations de misère et d’extrême pauvreté qui contribuent à accroître l’hostilité de la population sédentaire vis- -vis des gens du voyage.

Nous insistons une nouvelle fois pour qu’à l’initiative du Préfet, un groupe de travail soit constitué avec les élus, les services concernés et les associations afin de définir une politique à court et moyen terme pour l’accueil de ces familles.