Facebook Accueil

Rencontres Tsiganes

Assemblée Générale du 15 décembre 2007 5 janvier 2008

{{ASSEMBLEE GENERALE DU 15 DECEMBRE 2007
}}
COMPTE RENDU

Une soixantaine de personnes ont pris part à cette assemblée et une vingtaine d’adhérents s’étaient excusés.

Présentant le rapport d’activité, le président met en avant la dimension européenne du débat concernant les Rroms Tsiganes. Les récents événements survenus en Italie ont conduit les médias à mettre en lumière l’existence d’un peuple Rroms dans sa diversité et sa complexité. Les réactions de rejet et de xénophobie vis-à-vis des Rroms d’origine roumaine et bulgare sont largement partagées à travers toute l’Europe malgré les multiples recommandations des diverses instances européennes et internationales. Rencontres Tsiganes qui a orienté ses premières interventions en soutien aux Tsiganes Français se doit de prendre en compte cette dimension européenne. Il serait toutefois irresponsable et dangereux de nier la très grande diversité des situations et d’amalgamer tous les groupes de Rroms quels que soient leurs origines et leur statut. En France, la présence historique de familles tsiganes de nationalité française leur donne des droits qui doivent être reconnus. Les Rroms étrangers relèvent de statuts différents suivant leur pays d’origine. A ce jour, seuls les Roumains et les Bulgares ont acquit un statut européen depuis le 1er janvier 2007.

La situation en France et dans la région.

Alors que le vote de la loi du 5 juillet 2000 dite loi Besson avait fait naître l’espoir d’une amélioration des conditions d’accueil des voyageurs, force est de constater que, depuis 7 ans, la situation s’est à la contraire aggravée. La loi a été peu à peu vider de son contenu et le plus souvent n’est pas appliquée par les maires comme c’est le cas en Provence-Alpes-Côte-d’Azur.Les possibilités de stationnement des groupes de voyageurs se réduisent de jour en jour. Ceux qui acquièrent des terrains se voient opposer de multiples obstacles et souvent condamner. Les refus de branchement de la part d’EDF se généralisent sans base légale sur le seul avis du maire. Plusieurs témoignages de voyageurs présents confirment ce harcèlement quotidien.

La sédentarisation contrainte ou forcée se heurte également à des refus ou des incohérences et des comportement discriminatoire. On cite l’exemple grotesque d’un terrain familial dans lequel les voyageurs sont acceptés sous réserve d’enlever les roues de leurs caravanes pour avoir droit à des prestations sociales.

Les cités d’urgence à Marseille

Le film réalisé avec l’aide de la Ligue de l’Enseignement dans la cité Mongrand la Millière dans le 12ème arrondissement de Marseille, montre l’abandon dans lequel ces cités font aujourd’hui l’objet malgré le dévouement de quelques acteurs sociaux. Le risque de replis communautaire semble aggravé par le rôle ambigu d’un mouvement religieux.

L’enquête sur d’autres cités de Marseille engagée avec l’appui de l’association ADEUS et de la Fondation Abbé Pierre fait apparaître des situations inadmissibles d’un seul point de vue humanitaire. C’est en particulier le cas à La Renaude, Ruisseau Mirabeau. Les logeurs sociaux comme la mairie de Marseille ne donnent pas de réponse à ce jour aux multiples revendications des locataires et de ceux qui les soutiennent. Il semble que le seul objectif soit la disparition de ces cités et de ceux qui les occupent. Rencontres Tsiganes poursuivra son diagnostic sur les cités de Marseille et, avec les habitants concernés, organisera des débats et manifestations publiques pour exiger des pouvoirs publics que, dans ce domaine comme dans d’autres, ces familles se voient reconnaître le droit à un logement décent. La loi DALO au 1er janvier s’applique aussi aux tsiganes gitans français !!

Les Rroms étrangers dans les Bouches-du-Rhône.

Malgré un dialogue amorcé récemment avec la préfecture , l’expulsion de famille et d’enfants se poursuit sans que des solutions d’hébergement minimal soient proposées. Divers témoignages de militants font apparaître la limite de l’action caritatives et militantes devant la détresse de ces familles. Sur le Plateau du Réaltor à côté de la gare TGV ce sont plus d’une trentaine d’enfants qui vont passer l’hiver dans le froid sas eaux et sans électricité et pour une partie d’entre eux sans accès à l’école. A Marseille, les familles qui squattent une école désaffectée se sont vues accorder un délai par le juge mais le voisinage a montré son hostilité lors d‘une réunion publique organisé par les élus. Les propos haineux prononcés tout au long de cette rencontre nous ont fait tremblés et rappelés pour certains les pires souvenirs du régime nazi. 48 heures après notre assemblée générale, le 17 décembre au matin, au 42 de la rue d’Aubagne en face de la salle, on s’est tenu notre assemblée 50 personnes des enfants et des infirmes étaient jetées à la rue par les forces de l’ordre dans des conditions particulièrement odieuses.

Notre association mesure les limites de son pouvoir devant une politique de rejet systématique mis en place par le gouvernement sous l’autorité du Président. Nous sommes toutefois bien décidé à ne pas laisser se banaliser de telles mesures contraires aux droits fondamentaux. Un collectif RromEurope est en cours de constitution et se donne pour but de mobiliser l’ensemble du mouvement associatif et militant et de coordonner les actions d’urgence en direction de ces familles.

L’information la communication, la formation.

Rencontrer, échanger, faire connaître la culture tsigane et la réalité de la vie de ceux qui en sont porteurs doit demeurer un objectif prioritaire de notre association. Nous saisirons toutes les initiatives pouvant permettre ces échanges et ces rencontres comme c’est le cas du programme du théâtre Badaboum à Marseille en avril prochain. Le site internet de Rencontres Tsiganes devra être amélioré et développé. Les interventions dans les collèges du département sont un moyen de sensibiliser les jeunes et devront être multipliés. Les contacts avec les médias sont aussi à privilégier.

Situation financière.

Bilan 2006 : Il fait apparaître un solde positif de 17 387 €
Budget prévisionnel 2007 : au 30 Novembre, le montant total des dépenses et recettes est estimé à 22 434 € et laisse apparaître un report à nouveau pour 2008 de 7 700 €.
Budget prévisionnel 2008 . Il est estimé à 15500€. La formation représente une somme de 3500 €.

Approbations
Le rapport d’activité est approuvé à main levée ainsi que les compte 2006 et 2007 et 2008
Le bureau de l’association est reconduit à l’unanimité.

Merci à la compagnie Quilibro et au groupe de musiciens Rroms de nous avoir permis de finir cette soirée dans la joie et la convivialité

Fait à Marseille le 2 /01/2008