Facebook Accueil

Rencontres Tsiganes

Un dialogue de sourds ! 30 avril 2008

{{ {{{Objet : demande de rendez-vous pour examiner la situation des familles Roms à Marseille
}}} }}
Marseille, le 10 avril 2008

Monsieur le Sénateur-Maire,

Nous connaissons l’intérêt que vous portez à la lutte contre la pauvreté et la précarité à Marseille.

A ce titre, et au lendemain de la Journée mondiale des Roms, nos associations qui interviennent régulièrement auprès de familles Roms séjournant dans notre ville, souhaitent attirer votre attention sur les conditions de vie désastreuses de ces populations Roms migrantes, de culture tsigane. Ainsi, 1 500 personnes environ survivent à Marseille, sur des terrains ou dans des immeubles inoccupés, dans des conditions sanitaires effroyables. La plupart sont originaires de Roumanie – et sont donc à ce titre, citoyens européens depuis le 1er janvier 2007.

A l’heure qu’il est, ces familles vont voir leurs conditions de vie encore aggravées par les expulsions locatives qui se profilent dès avril 2008. Plusieurs centaines de personnes, dont une centaine d’enfants très jeunes et leurs mères, sont ainsi menacées de se retrouver à la rue sans qu’aucune solution d’hébergement ne leur soit proposée.

Vous apprécierez certainement l’impact, en termes d’image et de risque sanitaire, qu’un tel déferlement de misère va produire dans Marseille.

Cependant, des solutions peuvent être envisagées afin d’éviter ce scandale ; nous avons des propositions à vous faire dans ce sens. Nos associations travaillent depuis plusieurs mois sur le terrain essentiellement sur le plan sanitaire, médical et social, en lien avec la Préfecture, la DDASS et le Conseil Général. Il nous semble urgent aujourd’hui d’impliquer la Mairie de Marseille dans ces discussions, afin qu’au terme d’efforts communs, nous puissions convenir de solutions transitoires d’hébergement pour ces familles.

Ces questions, au-delà de la santé individuelle et publique, soulèvent l’enjeu de la dignité et des droits humains fondamentaux, ainsi que la question du vivre ensemble dans la Cité. C’est pourquoi nous vous sollicitons afin qu’une délégation de nos associations, très préoccupées de cette situation, puisse vous rencontrer au plus tôt. Par ailleurs, nous avons déjà pris contact avec vos adjoints concernés par ces problématiques, qui nous ont proposé un rendez-vous très prochainement.

En vous remerciant par avance pour l’intérêt que vous ne manquerez pas de porter à notre demande, nous vous prions de croire, Monsieur le Sénateur-Maire, à l’assurance de nos respectueuses salutations.

Signataires : Médecins du Monde, Fondation Abbé Pierre Délégation Régionale, Rencontres Tsiganes, Cimade, MRAP, Ligue des Droits de l’Homme, Osiris.

Cc : – Monsieur BOURGAT, adjoint au Maire chargé de la lutte contre l’exclusion et l’intégration
– Madame FRUCTUS, adjointe au Maire chargée du logement et de l’habitat
– Madame GAUNET-ESCARRAS, adjointe au Maire chargée de la Santé
– Monsieur PADOVANI, adjoint au Maire chargé du Comité d’Hygiène et de Sécurité
– Mesdames et Messieurs les Maires d’arrondissement.

Contact :
• Médecins du Monde : Mission France – Mme S. Beau – 4 avenue Rostand 13003 Marseille –
04 95 04 56 02 / 03 – mf.marseille@medecinsdumonde.net
• Rencontres Tsiganes : M. A. Fourest – : 43 rue Vendôme 13007 Marseille – 04 91 31 31 27 – rencontrestsiganes@wanadoo.fr

{{ {{{ Discret charter pour cent seize Roumains à Marignane}}} }}

L’opération n’a pas filtré, même si elle a eu lieu devant les caméras de
TF1 : cent seize Roumains ont quitté jeudi l’aéroport Marseille-Provence pour gagner Timisoara. Soixante-quatorze d’entre eux, dont dix-neuf mineurs, sont des Roms qui vivaient dans le département. Les quarante-deux autres viennent de la région varoise.

« Tous végétaient dans des conditions déplorables, vivant de la
mendicité ou de la recherche de détritus et dormaient dans des squats », explique Alain Honnet, directeur régional de l’Agence nationale de
l’accueil des étrangers et des migrations qui a organisé cette opération
de « rapatriement sanitaire ». Aucun incident n’a été constaté durant le
vol, selon la police aux frontières.

Omar Charif – (c)2008 20 minutes