Facebook Accueil

Rencontres Tsiganes

Encore les discriminations 28 juin 2009

On trouvera ci-dessous copie du courrier adressé ce jour à Monsieur SCHWEITZEIR Président de la HALDE . On attent sa réponse avec anxiété !

Marseille le 27/06/2009
Monsieur Louis Schweitser
Président de la HALDE
11 Rue Saint Georges
75009 Paris

Monsieur le président

Par un courrier en date du 5 février 2009 nous avons attiré votre attention sur la multiplication d’informations erronées provenant des services de police et de gendarmerie concernant les communautés tsiganes plus couramment dénommées « gens du voyage ».

Des évènements graves survenus récemment nous conduisent à vous alerter à nouveau sur ces faits que nous considérons comme une discrimination et une stigmatisation de tout un groupe de citoyens français. De telles informations contribuent à renforcer dans l’opinion de nos concitoyens des préjugés qui conduisent à un rejet collectif de cette population. Les récents affrontements survenus ces dernières semaines dans le VAR en sont un exemple.

Nous avons dans notre correspondance précédente signalé les propos parus dans la presse le 27 janvier dernier mettant en cause des personnes appartenant à la communauté des gens du voyage dans une rixe sanglante survenue à Marseille. Cette information avait soulevé une très grande émotion puis de la colère parmi les familles tsiganes et gitanes. Nous avons alors interpellé la direction de FR3 et le Préfet de région. Nous n’avons reçu à ce jour aucune réponse, mais dans un récent communiqué (ci-joint) la police annonce avoir interpeller les auteurs de ce règlement de compte en précisant leur origine « comorienne » ce qui est parfaitement inadmissible sinon illégale.

Plus grave encore lors d’une récente opération de police sous mandat de justice des perquisitions et interpellations «musclées » ont été effectuées mardi 23 juin dernier selon la police dans « des campements de gens du voyage » En réalité, il s’agit de familles de rroms roumains et yougoslaves qui séjournent dans la région dans une très grande précarité mais qui en aucun cas ne peuvent être considérées comme « gens du voyage » au sens de la législation française.

Une fois de plus c’est toute une communauté qui se voit ainsi stigmatisée et mis en cause de manière totalement abusive. Comment alors s’étonner que les relations entre les tsiganes et la population soient fondées, pour le moins, sur ma méfiance réciproque sinon l’hostilité ouverte allant jusqu’au racisme comme le confirme les propos de certains élus du Var par exemple ou certains fonctionnaires d’autorité.

Sachant votre sensibilité personnelle à ces questions et connaissant les positions officielles de la Halde sur la situation des tsiganes en France, nous souhaitons vivement que vous puissiez user de votre autorité pour exiger des services de police et de gendarmerie la plus grande rigueur dans la dénomination des préjugés délinquants ou criminels.

Restant à votre entière disposition pour vous rencontrer afin de vous apporter les éléments que vous jugerez nécessaires, je vous prie d’agréer, Monsieur le président, l’expression de mes sentiments respectueux.

Le président
Alain FOUREST
PJ un dossier
!