Facebook Accueil

Rencontres Tsiganes

Ruisseau Mirabeau toujours dans l’impasse 28 juin 2009

Marseille le 15/05/09

Monsieur Jean Claude GAUDIN

Maire de Marseille

Hôtel de ville
13002 Marseille

Monsieur le maire

Voilà plus de cinq années que, avec constance, notre association vous informe et interpelle vos adjoints et vos collaborateurs sur les conditions indignes dans lesquelles sont contraintes de vivre des familles de marseillais dans la cité Ruisseau Mirabeau.

La synthèse des courriers que vous trouverez ci-jointe ne fait que résumer nos interventions sans résultats à ce jour. Nous disposons également de nombreux autres documents qui ne font que confirmer le mépris dans lequel sont abandonnées ces familles depuis de nombreuses années. La dernière visite sur le terrain avec un adjoint au du XV° XVI° arrondissements et la correspondance que vous a adressée Madame Samia GHALI en date du 5 mai dernier ne font que renforcer notre détermination.

Comme vous pourrez le constater, voilà cinq années que nous tentons en vain de convaincre les multiples partenaires de prendre en compte cette situation d’urgence. Chacun trouve des raisons pour reporter la responsabilité vers les autres et nous ne pouvons accepter une telle lâcheté collective. Le risque sanitaire grave auquel ces personnes sont confrontées se conjugue avec les multiples promesses faites depuis plus de dix ans sans aucun résultat à ce jour.

Face à une telle carence, nous sommes amenés, avec d’autres, à considérer qu‘il s’agit là d’une attitude explicite de discrimination manifeste envers une population dont l’origine tsigane est de notoriété publique.

Nous attendons une réaction rapide de votre part conduisant à des décisions d’autorité à même de remédier dans les toutes prochaines semaines aux graves dysfonctionnements reconnus lors de la réunion tenue à la préfecture des Bouches-du-Rhône le 22 septembre 2008. Dans le cas contraire, nous rendrons public cette correspondance et nous engagerons auprès de la HALDE et de toutes les instances concernées, la dénonciation d’une discrimination manifeste envers les habitants de la cité Ruisseau Mirabeau.

Vous trouverez sans doute cette correspondance injuste et outrancière. Soyez assuré qu’elle est, Monsieur le Maire, à la mesure de notre honte d’appartenir à une communauté marseillaise qui tolère une pareille situation d’exclusion.

Le président
Alain FOUREST