Facebook Accueil

Rencontres Tsiganes

Madona : une chanteuse engagée ! 17 septembre 2009

Madonna et les Roms hués à Bucarest

LE MONDE | 29.08.09 |

Bucarest, correspondant

Ce devait être le concert de l’année en Roumanie. Mercredi 26 août, plus de 60 000 Roumains se sont bousculés pour voir Madonna, venue donner un concert à Bucarest, vingt ans après la chute du régime communiste. Mais le rêve a tourné au vinaigre lorsque la star a fait monter sur scène le Kolpakov Trio, un groupe de musiciens roms. « Hello Romania !, a-t-elle lancé au public au milieu du concert. Il y a beaucoup de cas de discrimination en Europe de l’Est, et cela m’attriste profondément. Notre foi est la tolérance envers les Roms, les homosexuels et les gens qui affichent leurs différences. Ils doivent tous être traités de la même manière, ne l’oubliez pas. » Une partie du public a aussitôt hué la star.

Le lendemain, les Roms qui accompagnent Madonna dans sa tournée ont organisé une conférence de presse à Bucarest. « C’est terrible de voir qu’on est au XXIe siècle et qu’une telle situation existe en Europe, a déclaré Vadim Kolpakov, un des membres du groupe. Nous sommes très tristes et nous voulons dire à la Roumanie et à l’Europe de l’Est que tout le monde a des droits, les Roms comme les autres. » La Roumanie compte officiellement 535 000 Roms mais, selon les leaders de cette minorité, ils seraient plus de deux millions. Malgré la pression des institutions européennes depuis l’adhésion du pays à l’UE en 2007, la discrimination des Roms reste présente dans la société roumaine.

Madonna avait promis aux Roumains un spectacle à la hauteur de leurs attentes, mais l’organisation du concert a été mal gérée. Malgré 1 000 kilowatts de lumière, 2 000 lasers, 160 enceintes et 120 m2 d’écrans vidéo, la plupart des spectateurs ne voyaient pas la scène, tandis que la poussière les empêchait de respirer. L’appel contre la discrimination des Roms est tombé sur un public hostile, d’autant que la majorité des Roumains déplorent qu’on les associe aux Roms, qu’ils considèrent comme responsables de la mauvaise image du pays. « J’ai payé cher mon billet, un quart de mon salaire, s’insurge Vlad, un jeune qui a hué Madonna. Je voulais voir un concert et je me suis retrouvé devant une donneuse de leçons. J’ai payé pour sa musique, pas pour son blabla. » De leur côté, les associations locales de Roms ont protesté contre la réaction du public. Selon un sondage de l’Institut Gallup publié en 2008, un Roumain sur trois ne veut pas avoir de Roms parmi ses voisins.

Mirel Bran
Article paru dans l’édition du 30.08.09