Facebook Accueil

Rencontres Tsiganes

A Marseille la chasse aux Rroms se poursuit 16 septembre 2010

 
 
 
COMMUNIQUE
 
 
 
Une mise en scène odieuse
 
 
Appliquant à la lettre les circulaires du 24 juin des 5 et 8 août, le préfet de région, Préfet des Bouches-du-Rhône organise mardi 14 septembre une parodie de retour humanitaire d’une centaine de Rroms avec femmes et enfants. L’annonce publique de ce charter de la honte doit montrer à tous nos concitoyens que ce gouvernement met en œuvre avec célérité les engagements du Président de la République. Les condamnations d’une telle manipulation qui viennent de toute part et en particulier des instances européennes ne semblent pas émouvoir les ministres concernés qui prétendent encore respecter les lois de la République.
 
Ces familles qui depuis quelques semaines font l’objet d’un harcèlement quotidien de la part des forces de l’ordre se voient proposer comme seule alternative le retour forcé dans leur pays d’origine ou la clandestinité sans aucun moyen de subsistance et soumis aux menaces quotidiennes les plus odieuses. Dans de telles conditions, il est mensonger de mettre en avant le caractère volontaire de ces retours. Il faut plutôt parler de rafles organisées au mépris des lois et des règles de droit les plus élémentaires.
 
Nous condamnons avec force cette mascarade programmée pour flatter les instincts les plus vils de la xénophobie et du racisme.
 
Nous affirmons notre solidarité avec les familles rroms et appelons tous nos concitoyens à dénoncer cette politique du bouc émissaire qui remet en cause les principes constitutionnels et rappelle les heures les plus sombres de notre histoire.
 
 
Marseille le 13 septembre 2010
 
Contact : rencontrestsiganes @wanadoo.fr tél 04 91 31 31 27
 
 
 
 
 
 
 
Communiqué
 
Les Roms souffrent quotidiennement de discriminations : liberté de circulation, accès à l’éducation, au travail et au logement. Quelques-uns sont Français, la plupart sont membres de l’Union européenne, tous sont des êtres humains soucieux du bonheur et de l’avenir de leurs enfants. Plusieurs centaines cherchent à Marseille de meilleures conditions de vie.
 
Porteurs d’une culture différente de la nôtre, ils sont facilement l’objet d’un rejet irréfléchi.
 
Le climat actuel d’amalgame et de stigmatisation fait d’eux les boucs émissaires des maux dont souffre notre société. Les effets nocifs sont perceptibles et inadmissibles : actes de violence, comportements racistes, rejet.
 
Les Roms ne sont pas d’abord un problème ou une question. Ce sont des hommes, des femmes, des enfants. Les solutions doivent être individuelles, généreuses, raisonnables. Elles doivent être trouvées dans une collaboration entre pays membres de l’Union européenne.
 
Nous invitons chacun, là où il est engagé, là où s’exerce sa responsabilité (prêtres, pasteurs, responsables d’associations, journalistes, élus, représentants de l’Etat, citoyens) à contribuer à la création et à l’entretien d’un climat de paix et de bienveillance pour faciliter le vivre ensemble.
 
Nous demandons aux membres de nos communautés d’avoir une vision de l’autre à la hauteur de leur espérance, notamment en le considérant, quel qu’il soit, comme un frère en humanité, à qui l’on doit le regard de l’amitié, le geste fraternel et toute l’assistance possible.
 
 
 
Marseille, le 12 septembre 2010
 
Pasteur Frédéric KELLER
Président du Consistoire protestant de l’Arc Phocéen
 
Père Joachim TSOPANOGLOU
Eglise orthodoxe de Marseille
 
Mgr Georges PONTIER
Archevêque catholique de Marseille