Facebook Accueil

Rencontres Tsiganes

A Marseille, mobilisation citoyenne auprès des Roms 13 novembre 2010

 
 
Depuis la rentrée, devant une situation de plus en plus précaire de nombreuses familles Rroms,  le collectif d’origine se mobilise sur plusieurs fronts :
 
– Intervention d’urgence en matière sanitaire et alimentaire
– Recherche de  lieux dits sanctuaires, réseaux d’alerte
– Intervention auprès des instances politiques, mobilisations des associations et mouvements etc… 
 
On retiendra à ce jour : la déclaration ci-dessous soutenue par de nombreuses organisations et la motion du Conseil Régional PACA votée le 22 octobre dernier
 

COLLECTIF DE SOLIDARITE AVEC LES RROMS DE MARSEILLE

 DECLARATION

 
Depuis le mois de juin, en application des circulaires des ministères de l’Intérieur et de l’immigration et du discours du Président de la République à Grenoble, la situation déjà très précaire des familles Rroms installées à Marseille et dans la région s’est considérablement aggravée. Au mépris des condamnations des instances internationales et du strict respect du droit, les expulsions et les évacuations de leurs lieux de vie se sont multipliées depuis cet été avec pour seule alternative une nouvelle errance. Nous sommes témoins aujourd’hui d’une chasse aux familles Rroms ayant pour conséquence une dégradation alarmante de leurs conditions de vie dans notre ville et notre région.
 
Face à l’abandon des pouvoirs publics, à la stigmatisation et aux harcèlements policiers, nous avons décidé d’agir collectivement afin d’apporter une réponse à cette situation d’urgence où des hommes, des femmes, des enfants sont attaqués dans leur dignité et leur santé gravement menacée.
 
Face à ce constat inquiétant, nous avons décidé de tenter de répondre aux besoins fondamentaux immédiats de ces familles d’ordre alimentaire, sanitaire et par la recherche de lieux « sanctuaires » où elles pourront être mises à l’abri afin de garantir leur sécurité (terrains ou locaux mis à disposition par les propriétaires ou loués par le collectif à cet effet).
 
Nous agirons afin que leurs droits de citoyens européens soient reconnus et respectés et que les autorités de notre pays se conforment enfin aux règles fixées par l’Union Européenne.
Nous assurerons une présence à leur côté et une vigilance permanente par la mise en place d’une chaîne de solidarité et d’un réseau d’alerte auxquels tout citoyen pourra adhérer en fonction de ses moyens et de ses disponibilités.
 
Nous rappelons que tout être humain a droit à une place digne dans une société comme la nôtre et que les réflexes de rejet, d’exclusion vis-à-vis de ces populations ne sont pas acceptables. Chacun a droit à la même considération, au même respect, à la même dignité quels que soient sa culture, sa communauté et son habitat.
 
Nous demandons la fin des expulsions et la mise en place à l’échelle régionale avec l’ensemble des autorités compétentes d’une véritable politique d’accueil de ces familles afin de leur offrir des conditions d’existence décentes permettant un suivi sanitaire, social et scolaire, et un accompagnement dans leurs projets de vie, ici ou dans leur pays d’origine, en respectant leurs choix, leurs aspirations et leur dignité.
 
 
Avec le soutien de : 
Liste des premiers soutiens –
 
LDH 13 – la CIMADE – RESF – le MRAP – SOS Racisme – Secours Catholique – Médecins du Monde
 
Action Solidarité Marseille
Amença (Association culturelle Rrom)
A.M.I.D.T (Association pour la Mémoire de l’Internement et de la Déportation Tsigane en France)
Amoureux du ban public
Artriballes
ASET (Aide à la scolarisation des enfants tsiganes)
Badaboum Théâtre
Bari Bahtali
Collectif de la Journée sans immigrés
Enfants de Don Quichotte
Fanfare Vagabontu
Fondation Kale, Manouches, Romani, Sinté Women à l’U.E
HALEM (Habitants de Logement Ephémères et Mobiles)
Latcho Divano
Mission Ouvrière
Mouvement de la Paix
Pastorale des Migrants
Rencontres Tsiganes
Samudaripen
Rouges Vifs
 
Syndicats :
CGT 13
FSU
Solidaires 13
Confédération Syndicale des Familles
SUD Education
SUD FPA
FIDL
 
Partis politiques :
Europe Ecologie
Parti de Gauche
PCF13
NPA
 
Personnalités :
Salvatore CONDRO, sociologue, Université de Provence
 
 
 
Plénière du 22 octobre 2010

Motion pour un engagement solidaire du Conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur auprès des Roms et des gens du voyage

 Depuis des mois, la stigmatisation des Roms et des gens du voyage est une constante dans la politique sécuritaire du Gouvernement. Au-delà de la confusion entre ces populations, la surenchère xénophobe a été le leitmotiv de la droite et de son extrême.
 
Les Roms roumains et bulgares sont des ressortissants européens. Il s’agit, pour l’essentiel, de familles sédentaires ayant fui des conditions de vie déplorables. Citoyens de l’Union Européenne et pourtant privés du droit de travail par l’instauration en France de dispositions liées au régime transitoire, les Roms bulgares et roumains ne peuvent pas s’intégrer par le travail. Cette situation alimente l’irrégularité de leur présence et par voie de conséquence leur misère.
 
Une situation à ne pas confondre avec celle des gens du voyage, qui sont des citoyens français, mais qui subissent de multiples discriminations et pour lesquels les règles de droit sont bafouées.
 
Prendre comme bouc-émissaires des communautés particulières nous rappelle de très mauvais souvenirs. Nous considérons que ces agissements sont nuisibles et dommageables pour le « vivre ensemble », la démocratie et la République. Nous dénonçons ces pratiques qui ne font que rajouter l’exclusion à la misère.
 
Avec les associations, les syndicats et les citoyens, nous avons dénoncé des méthodes indignes : justice bafouée, destruction des camps de Roms, chasse aux gens du voyage. La France a été blâmée partout en Europe et même à l’ONU.
 
La Région Provence-Alpes-Côte d’Azur s’engage à lutter contre les amalgames, les préjugés et le rejet de l’autre.
 
Elle prendra des mesures afin de mettre les familles en sécurité en proposant des logements d’urgence.
Elle organisera une rencontre entre l’Exécutif régional et les associations afin de travailler à des solutions de logement durable en faveur des populations Roms et garantir la scolarisation des enfants.
Elle initiera un grand Forum régional sur les Roms, destiné aux acteurs associatifs, aux élus du territoire et au grand public, afin de présenter la réalité de ces populations et d’avancer des solutions.
Elle souhaite la création d’une enveloppe budgétaire destinée à soutenir l’action des associations de solidarité et d’aide aux Roms.
 
D’autre part, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur conditionnera l’attribution des subventions concernant l’aménagement du territoire à l’existence ou au projet de construction de terrains d’accueil pour les gens du voyage.
Elle revendique la libre circulation des gens du voyage sur son territoire et se mobilisera pour la suppression du livret de circulation, qui crée une citoyenneté de seconde zone.