Facebook Accueil

Rencontres Tsiganes

Hommage à Dédée 6 mars 2011

 
 
 
 

Hommage à Dédé

 

 

Elle était la doyenne de notre association, à laquelle elle a adhéré dès sa création, et dont elle a suivi avec intérêt toutes les activités : Madame Andrée Bianco, « Dédée » pour ses très nombreux amis, est décédée à Marseille le 2 janvier 2011.
 
Pendant plus de cinquante ans, elle a travaillé au service du monde gitan et manouche à Marseille : bidonvilles, cités de transit, HLM, elle les a tous fréquentés du nord au sud de la ville. A une époque où les services sociaux ne s’intéressaient pas beaucoup à cette population, elle a mis sans réserve à son service sa droiture et sa générosité, sur le terrain comme dans les bureaux des administrations. Sa persévérance et sa force de persuasion ont été déterminantes dans le processus qui a permis d’aménager le terrain boueux de Ruisseau Mirabeau en une des premières cités promotionnelles où les caravanes trouvaient place à côté de coquettes maisonnettes. Sans ses interventions que serait-il advenu des familles stationnées sur cet emplacement convoité par de nombreuses entreprises ? En 1979 l’ouverture du centre social a permis de structurer les interventions sur la cité : au-delà du statut officiel de « Conseillère en Economie Sociale et Familiale » qui lui a alors été octroyé, cela a permis à Dédée d’enrichir de nombreuses personnes de sa conception du travail social, tout entier tourné vers le bénéfice de ceux auxquels il s’adressait. Un de ses proches collaborateurs a témoigné en ces termes de ce qu’elle lui avait permis de découvrir :
− « Je [lui] dois beaucoup […] et dis toujours qu’elle m’a préparé à assumer mes engagements dans le domaine de l’action sociale à M… Sa rigueur morale et professionnelle, son dévouement sans limites, le mariage du coeur et de la raison, son attention constante aux plus petits, sa foi en l’homme, sa confiance dans l’Eglise (même si elle se disait non-croyante) sont les traits marquants de sa personnalité dont je garde le précieux souvenir et qui vont continuer de guider ma vie. » (JT)
 
Sans qu’elle ne délaisse jamais sa famille et ses amis gadjé, le monde gitan a rempli une grande part de la vie de Dédée. La seule perspective de le rencontrer, d’en parler, ou même d’en entendre parler lui donnait des ailes. Jusqu’à l’année dernière, elle est resté fidèle au pèlerinage des Saintes Maries de la Mer, et lors d’une de ces dernières visites à Lourdes elle avait eu le plaisir de retrouver le cardinal Etchegaray, qu’elle avait plusieurs fois rencontré à Marseille.
 
Une centaine de personnes, parmi lesquelles de nombreux Voyageurs, se sont retrouvées pour évoquer sa mémoire le 5 janvier. Beaucoup d’autres leur étaient unies un peu partout à Marseille et dans les environs, mais aussi à Strasbourg, Pau ou Limoges…
 
Puisse son souvenir nous aider à continuer sur la voie qu’elle nous a tracée, et raviver notre enthousiasme et notre énergie lorsque nous sommes tentés de baisser les bras ! Puisse-t-il nous préserver de la tentation de récupérer à notre profit le travail avec les Voyageurs !
 
 
Françoise

 

 

Pièces jointes