Facebook Accueil

Rencontres Tsiganes

A Marseille, une odieuse agression 2 août 2011

Menaces au campement du 366 bd Barnier sous l’autoroute

 
 C’est Yasminka M qui m’appelle aujourd’hui 10 juillet 2011 pour me demander d’aller la voir pour une affaire grave. Je me rends au campement vers 18h45 où elle m’explique qu’il y a 2 semaines environ quelqu’un a essayé de pénétrer dans les caravanes. Ou plus récemment il y a 3 jours après la même chose. Puis encore toujours en pleine nuit.
 
Il y aurait 3 jours vers 1h (elle dira 4h à la police et il y a 14 j) du matin quelqu’un a secoué violement la porte de la caravane de Yasminka en criant en changeant sa voix (c’est l’impression de Yasminka) « ouvrez la porte ou je la casse » « qui vous êtes ? » « c’est la Police ouvrez » « vous n’êtes pas la Police j’appelle la Police » enfin de compte elle appelle tous ceux de sa famille qui dorment dans d’autres caravanes, tout le monde sort et crient, la personne s’enfuie, sans être poursuivie car ils avaient peur qu’il soit armé.
 
Yasminka téléphone à la Police au 17 qui lui répond que le 366 bd Barnier est inconnu. Une deuxième fois on lui dit qu’ils arrivent dans 10 minutes et elle ne verra personne. Explication de la Police il ne veulent pas aller dans les camps Roms la nuit s’il n’y a pas d’atteinte à la personne.
 
Il y a 13 jours, vers 10h en se promenant par le chemin dans la partie boisée vers le Grand Littoral , soudain un homme surgit tenant un couteau dans une main un gourdin dans l’autre et le visage caché par une cagoule noire. Il lui apparaît très fébrile et il ne lui parle pas mais fait des signes pour se mettre dans les fourrés. Apeurée elle le supplie à genoux qu’elle est pauvre, qu’il ne lui ôte pas la vie. C’est alors qu’elle se jette en bas du talus pour courir vers la route. Elle n’a pas regardé derrière elle si l’homme cagoulé l’a suivie. Elle a regagné le campement en état de choc. « Est-ce qu’il voulait me violer ou me tuer ou les deux ? »
 
Elle m’appelle aujourd’hui car ils ont trouvé dans la pinède où ils y a eu cette tentative d’agression un sac cabas plastic de super marché contenant une cagoule de tissus noir avec deux trous pour les yeux rappelant vaguement celle du Ku Klux Klan, un pantalon de survêtement noir à bandes blanches et un rouleau de scotch large noir. Elles n’ont touché à rien sinon avec un bout de bois, pensant que peut-être si l’on fait une recherche d’ADN on pourrait peut-être connaître la personne.
 
Toute la famille, la mère (celle qui avait été en « GAV » en novembre 2009) les mères et les enfants sont terrorisés car après le refus de la police d’intervenir ils ne savent plus comment se protéger et protestent de cette discrimination à leur égard et craignent pour leur vie et celle de leurs enfants. Elles envisagent de partir à cause de l’insécurité dans laquelle elles se trouvent.
 
Elle n’a pas de preuve mais elle pense que c’est la même personne qui les terrorise (c’était la nuit et de jour il était cagoulé). Il serait de taille moyenne, environ 1,70 m, robuste, les yeux verts, peut-être une trentaine d’année. Elle avait tellement peur qu’elle n’a pas regardé les détails.
 
Nous iront demain 11 juillet vers 15h, ensemble au commissariat du 15e pour porter plainte.
 
Lundi 11 juillet
Nous rendons au commissariat du 15e où un APJ nous reçoit et écoute Jasminka qui resitue les faits légèrement différemment dans le temps que le récit qu’elle m’avait fait. Ne pouvant établir avec certitude que c’était la même personne qui était venu la nuit les importuner et celui cagoulé l’agent a privilégié le récit de l’agression. Lucia n’étant pas en règle elle a volontairement omis sa présence et je n’ai pas voulu intervenir car c’était leur volonté.
Il a été dressé procès verbal plainte pour « menaces à l’arme blanche »
Le policier a gardé le sac contenant la cagoule, le pantalon et le rouleau de scotch.
Je me suis rendu sur place et pris des photos.
 
vendredi 15 juillet
Yasminka me téléphone paniquée dans la nuit l’homme en noir et venu dans la nuit et a incendié une caravane où étaient regroupés des enfants. Ils ont échappé de justesse à être brulés vifs. Elle demande de l’aide et surtout à partir. Je ne suis pas à Marseille et préviens Ampil et Rencontres Tsiganes.
 
Lundi 18 juillet
Yasminka me téléphone à nouveau nouvel incendie de caravane pas de victime mais complètement terrorisée ils sont partis et sont sur un parking je ne sais où et demande de l’aide et ne comprend pas que des choses pareils se passent en France dans l’indifférence total des autorités policières prévenues et des habitants. Ils n’ont pas été chassé par la police comme beaucoup de campement mais chassés par un terroriste certainement manipulé, chassés par les préjugés, le racisme anti-rrom, le résultat étant le même, le traumatisme des menaces de mort et un commencement d’exécution en plus.
 
Philippe Dieudonné
Vice Président de la Fédération de
La Ligue des Droits de l’Homme
Des Bouches du Rhône
 
 
PS  Cette famille Roms originaire de Bosnie est en France en situation régulière depuis 6 ans et vie sans eaux et sans électricité malgré de nombreuses promesses des élus  depuis trois ans