Facebook Accueil

Rencontres Tsiganes

Le racisme anti Roms en Europe 22 octobre 2011

Racisme anti-Roms en Europe, l’alerte bulgare

Point de vue | LEMONDE.FR | 14.10.11 | 09h30
Depuis près de deux semaines, la Bulgarie connaît de violentes manifestations racistes anti-Roms. Organisées par l’extrême droite, en particulier le parti Ataka ("Attaque") rejoint par des hooligans, elles se déploient dans une vingtaine de villes du pays, rassemblant plusieurs milliers de personnes. Lors des défilés, des slogans néonazis tels "les Roms en savon !" sont scandés par la foule.
Le point de départ de ces manifestations racistes a été un meurtre perpétré dans la petite ville de Katounitsa par les hommes de main du parrain de la mafia rom locale. Cependant, confondre le point de départ de l’incendie avec ses causes profondes serait une erreur criminelle.
Si ces manifestations rassemblent autant et aussi violemment, c’est que le terrain, travaillé depuis de nombreuses années, est désormais propices à de tels agissements, qui concernent la Bulgarie aujourd’hui mais qui pourraient concerner d’autres pays européens demain. Plusieurs raisons peuvent expliquer cet état de fait.
Tout d’abord, les stéréotypes et les préjugés stigmatisant les Roms ou d’autres catégories de populations (musulmans, immigrés, juifs…) s’expriment avec de plus en plus de facilité et circulent en toute permissivité partout sur le continent. Or les tabous sur la parole raciste et antisémite sont nécessaires à une société démocratique.
Ensuite, cela fait maintenant de nombreuses années que les Roms sont, dans toute l’Europe, la cible d’insupportables actes de violence sans que cela ne suscite de justes et fortes protestations politiques ou de la société civile.
Par exemple, en Hongrie, des individus sont assassinés parce que Roms. A Baia Mare et Tarlungeni en Roumanie, comme à Michalovce, Košice, Prešov et Svinia en Slovaquie, ils sont concentrés dans des ghettos où les conditions de vie sont indignes. En Serbie, en Moldavie, comme en France et en Allemagne, ils sont victimes de discriminations quotidiennes.
Ainsi, le peu de réactions que ces violences ont suscitées jusqu’à présent permet un passage à l’acte plus aisé aujourd’hui, en Bulgarie comme ailleurs. Enfin, l’extrême droite s’est organisée, structurée et renforcée ces dernières années partout en Europe.
Les partis d’extrême droite remportent des succès électoraux, comme le Jobbik en Hongrie, le Parti de la Liberté aux Pays-Bas, ou Ataka en Bulgarie. Les mouvements d’extrême droite exercent une influence sur certains partis de gouvernements, comme au Danemark, et séduisent de plus en plus de personnalités.
Au moment où la construction européenne est en crise, l’extrême droite, sous ses différentes composantes, propose un véritable modèle de structuration politique du continent, fondé sur le racisme et les discriminations raciales. Ce projet est sous-tendu par l’esprit de "guerre civile européenne" et l’obsession de "l’ennemi intérieur" à identifier et à exterminer et qui serait, selon les moments et les pays, le musulman, le Rom, le juif, etc.
A l’opposé de ce funeste projet, dont la mise en acte à la suite d’une prise de pouvoir des extrêmes droites européennes ne peut être totalement exclue, les sociétés civiles européennes antiracistes s’unissent désormais pour faire vivre un modèle européen véritablement démocratique car débarrassé du racisme, de l’antisémitisme et des discriminations raciales.
Samedi 1er octobre fut à ce titre un jour fondateur. Ce jour-là, les sociétés civiles de nombreux pays européens, menées par les organisations antiracistes membres de l’EGAM et leurs partenaires Roms, se sont mobilisées ensemble pour la première "Roma Pride".
Elles ont notamment exprimé leur rejet du racisme et leur solidarité avec les Roms bulgares, fait pression sur les autorités européennes, nationales et locales pour qu’elles réagissent fermement aux violences racistes en protégeant la population et les organisations Roms.
En Norvège, au Danemark, en Belgique, en France, mais également en Roumanie, où près de 400 personnes ont défilé dans la plus grande manifestation de l’année, et en Bulgarie, où des rassemblements publics se sont tenus dans 15 villes malgré les menaces, des dirigeants associatifs, des politiques, des intellectuels, des artistes et des milliers d’autres personnes se sont rassemblés pour faire Europe ensemble. Une Europe des valeurs partagées d’égalité et de dignité, une Europe construite par les actions communes des sociétés civiles en mouvement.
Le silence assourdissant, politique et militant, lors des ratonades de janvier 2010 contre les migrants noirs de Rosarno, dans le Sud de l’Italie, qui avait donné le coup d’envoi de la constitution de l’EGAM, paraît lointain.
Désormais, c’est avec force et conviction que les sociétés civiles européennes s’unissent pour faire vivre le rêve européen d’un continent débarrassé du racisme, de l’antisémitisme et des discriminations raciales.