Facebook Accueil

Rencontres Tsiganes

A Aix-en-Provence , c’est la loi du plus fort 30 juillet 2012

EXPULSION : PAS DE SURSIS POUR LES ROMS DE L’ARBOIS !
A AIX-EN-PROVENCE, C’EST TOUJOURS LA MISÈRE QU’ON ÉCRASE !

jpg/arbois_fin_1.jpg

 Non seulement c’est la misère qu’on écrase mais les pouvoirs publics, comme la vile, font preuve d’une totale irresponsabilité en l’état de risque sanitaire avéré. En effet les autorités publiques avaient été alertées sur plusieurs cas de tuberculose au sein de la population Rom de l’Arbois. Cinq personnes ont été transportées d’urgence sur les hôpitaux d’Aix-en-Provence et de Marseille et mises à l’isolement.

La présence policière massive, dès lundi matin, a entraîné la dispersion d’une partie des populations. Cette dissémination incontrôlée d’une population fragile, sans aucun encadrement sanitaire, fait courir des risques évidents, non seulement à ces personnes, mais aussi à tous les habitants du département. Faut-il rappeler que les épidémies ne connaissent ni nationalité, ni frontière ?

jpg/arv_bois_4.jpg

Cela démontre une fois de plus que les expulsions systématiques, sans traitement sur le fond, est non seulement inhumain mais contraire à une bonne gestion du bien public.

La commune d’Aix-en-Provence semblait pourtant avoir pris la mesure de cette situation. Elle aurait annoncé, au cours d’une réunion tenue la semaine dernière, sa volonté de surseoir au recours à la force publique. On ne peut donc que se désoler et dénoncer l’attitude irresponsable de la commune, comme de l’Etat. De surcroit les services de la Préfecture ont été saisis de demandes d’hébergement d’urgence. Les tribunaux ont récemment rappelé que l’hébergement d’urgence fait partie des libertés fondamentales. Comment la Préfecture peut-elle accepter le recours à la force publique alors qu’elle ne remplit ses obligations ?

Plus que jamais le CADDRIS demande des solutions d’accueil dignes et humaines. Oui une table ronde qui réunisse l’État, les collectivités locales et territoriales, les associations qui oeuvrent au quotidien et les Roms eux-mêmes est réellement nécessaire. Elle permettrait, dans un premier temps, de gérer l’urgence, et préparerait parallèlement la mobilisation des aides financières européennes prévues pour l’accueil et l’insertion des Roms en vue de solutions à moyen et long terme.

Pourquoi ce qui est possible à Lyon, Nantes, Lille ne le serait-il pas dans cette Provence qui a su accueillir tant de populations venues d’ailleurs et qui ont aussi fait la richesse de cette terre ?

Pour le Collectif Aixois pour les Droits et la Dignité des Roms, des Immigrés et des Sans-Papiers (CADDRIS) – Aix-en-Provence, le 25 Juillet 2012

Claudie Hubert – Philippe Chouard – Hervé Guerrera – Philippe Sénégas – Marc Durand

jpg/Arbois6.jpg

Pièces jointes