Facebook Accueil

Rencontres Tsiganes

Rencontre nationale du collectif ROMEUROPE à Marseille 24 novembre 2012

 Deux journées de travail qui ont permis à la fois de faire le point sur la situation dans les principales villes de France et d’échanger les expériences des uns et des autres. La présentation des conditions de vie des familles Roms dans la région et les Bouches-du-Rhône a incité le collectif Romeurope à accentuer la pression sur le gouvernement pour que les engagements pris soient réellement appliqués dans l’ensemble des départements.

COMMUNIQUE ROMEUROPE

Paris, le 23 novembre 2012

Bidonvilles, campements précaires et squats sans alternatives dignes et durables : la situation s’aggrave en France

L’ensemble des associations et collectifs membres du CNDH Romeurope s’est réuni pendant deux jours à Marseille. Lors de cette rencontre, le tour d’horizon des situations locales a révélé une disparité de traitements entre les différentes régions et départements dans le volet préventif de la circulaire du 26 août 2012. Il a également mis en avant l’absence de politique globale et de pilotage national à destination de ces migrants en situation de très grande précarité, pour une grande majorité, mais non exclusivement, des ressortissants communautaires.

Leur situation demeure difficile et précaire : le nombre d’évacuations des lieux de vie s’est accentué ces derniers mois dans certaines régions. Les harcèlements policiers sont toujours plus nombreux, parfois violents qui entraînent l’errance de nombreuses familles fragilisées. De plus, des actes et manifestations racistes se multiplient sur le territoire. Cet acharnement contre ces populations est inacceptable.

Face à ce constat accablant, le CNDH Romeurope, demande en priorité au gouvernement :

-  la mise en place immédiate d’un moratoire sur les évacuations pour permettre un accompagnement individualisé et pérenne qui respecte les choix et besoins des personnes. Ce moratoire peut prendre la forme d’une extension de la trêve hivernale à ces populations.

-  l’application du droit commun pour permettre une véritable insertion sociale, professionnelle et scolaire et l’accès aux soins.

-  la levée des mesures transitoires qui limitent l’accès au marché du travail pour les ressortissants européens roumains et bulgares.

Le CNDH Romeurope participera aux groupes de travail instaurés dans le cadre de la mission confiée au Délégué interministériel M. Alain Régnier, à l’échelle nationale et également par la mise en place de rencontres au niveau régional, afin de relayer ces situations locales et ne manquera pas d’exprimer ses éventuels désaccords tant sur les politiques conduites que sur les pratiques observées.

Le CNDH Romeurope défend une véritable politique d’insertion de toutes ces personnes afin de mettre un terme à une approche répressive qui prédomine jusqu’à présent.

Contacts presse :

Lola Schulmann, CNDH Romeurope : 06 35 52 85 46