Facebook Accueil

Rencontres Tsiganes

2017 : Un bilan en demi-teinte 9 janvier 2018

Nous partageons l’analyse faite ci-dessous par l’Association Nationale des Gens du Voyage citoyens. En 2018, il nous faudra continuer à agir pour faire peu à peu tomber les obstacles à l’application de la législation. L’égalité des droits demeure pour l’association Rencontres Tsiganes une priorité. 

Bonjour,

L’année 2017 s’achève dans quelques jours et nombre d’entre vous tireront le bilan de leurs actions et/ou du contexte dans lequel ils ont dû évoluer.

Le fait marquant est, sans nul doute, l’application de l’abrogation des titres de circulation adoptée fin janvier. Les récalcitrants à ce changement nous avaient agité le spectre de mille difficultés. Or, à l’exception de celles rencontrées en matière de domiciliation pour l’enregistrement des entreprises, nous n’avons pas eu de retours alarmistes sur d’autres aspects. Néanmoins, nous estimons qu’un nombre important de problèmes rencontrés relèvent, le plus souvent peut-être, d’une réelle insuffisance d’explication et de pédagogie sur le nouveau dispositif plutôt que de sa réelle inadaptation. Certes, il reste à améliorer, mais il remet cependant au centre des priorités l’accès aux droits des familles.

 

Tout n’est pas acquis pour autant, loin s’en faut. On l’a notamment vu au cours de ce dernier trimestre avec les propositions de loi qui sont tombées, telles des météorites, sur le bureau du Sénat et de l’Assemblée Nationale… Elles sont la marque de celles et ceux, encore trop nombreux, qui estiment que la sanction résoudra tout et palliera leur incapacité à innover et changer de regard.

 

Il reste d’autres questions en suspens pour lesquelles l’ANGVC a déjà posé des jalons, notamment en faisant adopter la création de nouveaux groupes de travail à la Commission nationale, afin de faire entendre les revendications des Voyageurs. Nous en dénombrons quatre, parmi d’autres, qui revêtent un caractère d’urgence essentiel :

          la question de l’urbanisme et de la reconnaissance de la résidence mobile comme logement, qui pose le droit d’habiter quelque part en dehors d’une aire d’accueil et l’accès aux droits sociaux afférents au logement

          la question de l’accès au domaine public pour y développer des activités économiques, qui est au cœur du mode de vie itinérant

          la question de la scolarisation des enfants et de la formation des jeunes qui croise l’évolution de notre société avec une réflexion à porter sur la vie des générations futures de Voyageurs

          la question de l’accès aux assurances qui cristallise la double définition de la résidence mobile comme véhicule et, pour une catégorie de personnes dont c’est l’habitat permanent et principal, comme logement

 

Je profite du parfum d’humeur festive qui nous anime tous un peu ces jours-ci pour vous souhaiter de bonnes fêtes de Noël, à vous d’abord et à vos proches. Je vous adresse également mes meilleurs vœux de santé et de succès dans toutes vos initiatives pour 2018 dont j’espère qu’elle sera nourrie de fructueux débats… afin que nos combats communs aboutissent.

 

Cordialement,

 

Association Nationale des Gens du Voyage Citoyens (ANGVC)

Marc BEZIAT, le Délégué Général

 

Laisser un commentaire

Only a subset of HTML tags and attributes are allowed.