Facebook Accueil

Rencontres Tsiganes

Archives de l'auteur : Caroline Godard

Ceuas Music Festival 27 avril 2018

##nothumbs##

Roumanie, du 25 au 30 juin 2018

UN FESTIVAL IMAGINÉ PAR DES RROMS, DANS UN PAYS OÙ ON NE LES AIME PAS

Destination : un petit village presque au bord du monde, où il vous faudra une journée de voyage depuis Bucharest, en empruntant à tour de rôle deux trains, un car et une charrette : vous voilà arrivés à Ceuas (prononcez Tchéwash). Le secret le mieux gardé de l’Europe de l’Est.

Pendant cinq jours (et cinq nuits…), le projet du festival est d’offrir aux invités de découvrir, de jouer et de danser avec tout le village sur des musiques rromani sorties directement de la fontaine de la vie.

REGARDEZ PLUTÔT :

Ceuas (Szászcsávás) Music Festival 2018 from alina turco on Vimeo.

DES RROMS ET DES ‘GADJE’ QUI JOUENT DE LA MUSIQUE ENSEMBLE, COMMENÇONS PAR LÀ

Un pari fou à l’heure où les festivals de “musiques du monde” battent les records d’audience. Les habitants de Ceuas, eux, veulent tout simplement partager avec un petit nombre de curieux leur tradition si exceptionnelle. Car leurs « chants d’anciens » sont menacés d’extinction par l’envahissement des musiques commerciales et industrielles. Aujourd’hui en effet, ce sont plus souvent des machines qui animent les nombreux mariages dans la région. Par conséquent, les musiciens sont obligés de laisser de côté leurs violons pour ‘jouer’ de la bêche et de la pelle dans les exploitations agricoles.

Malgré ces évolutions pessimistes, les rroms de Ceuas n’ont pas capitulé. Prenant les choses en main, ils ont voulu organiser eux-mêmes ce festival. Mais il ne faut pas se laisser tromper par le terme. Ici, pas besoin de grandes scènes, ni de projecteurs. Pas besoin de beaucoup d’argent non plus. Juste assez pour permettre la continuité de la transmission de ce savoir-faire aux générations futures.

Les rroms ouvrent ainsi leurs maisons aux roumains et aux occidentaux (les ‘gadje’) qui auront assez de courage pour partager leur quotidien, apprendre la musique, et improviser tous ensemble. Car, selon Shanyika Mezei, initiateur du festival, il faut du courage pour bien jouer et pour oublier qu’on est rrom ou roumain.

Shanyika a déjà fait les calculs : construction de toilettes sèches, douches supplémentaires, matelas, draps, nourriture, salaires des cuisinières et des musiciens. Conclusion : pour voir le jour, ce festival a besoin d’un petit coup de pouce. Aidez-nous à soutenir cette belle initiative solidaire, exemplaire, généreuse et visionnaire, en donnant 5€ ou plus sur notre appel à financement participatif. Votre contribution fera toute la différence.

En échange, vous recevrez un DVD du film documentaire en cours, une photo dédicacée, voire un morceau de musique joué en votre honneur et envoyé par vidéo sur votre email.

##nothumbs##

Et puis, de cette façon, vous serez informés de la suite de notre aventure. Car nous n’allons pas nous arrêter de diffuser de l’amour.

##nothumbs##

INFOS PRATIQUES

Dates // du 25 au 30 juin 2018

Adresse // Ceuas, Roumanie

Plus de renseignements // http://ceuasfestival.com

Inscriptions // contact@ceuasfestival.com

La Métropole Nice-Côte d’Azur condamnée par la justice 27 avril 2018

Le tribunal administratif, saisi par une association, a enjoint la Métropole de modifier trois dispositions du règlement intérieur jugées illégales.
Des dispositions restrictives avaient été incorporées dans le règlement intérieur de l’aire d’accueil des gens du voyage, située à Saint-Isidore, à proximité de la voie de contournement et du boulevard du Mercantour.Il s’agissait principalement d’une interdiction d’accès conditionnée à l’existence d’une décision de justice ou laissée à la discrétion du gestionnaire « pour raison de comportement ou de dette. »En cas d’occupation illégale, la Ville avait fixé à 30 euros par jour et par caravane, l’indemnité qui pouvait être réclamée. Enfin dans ce cas, l’interruption de la fourniture des fluides devenait possible.

http://www.nicematin.com/justice/accueil-des-gens-du-voyage-pourquoi-la-metropole-nice-cote-dazur-a-ete-condamnee-par-la-justice-218100

La troupe Kesav Tchave en concert à Marseille et Martigues 27 avril 2018

A l’invitation du CCFD-Terre solidaire, la troupe Kesav Tchave “les enfants de la fée”, de jeunes musiciens et danseurs Roms de 12 à 25 ans, venus de Slovaquie, menés par Ivan Akimov, fait une tournée en France et se produira
le mercredi 23 mai à Martigues, salle du Grès à 20h30 (prix des places 10 €)
le vendredi 25 mai à Marseille au théâtre Toursky à 21h (prix des places 12 €)
Kesav Tchave propose un spectacle étonnant de vitalité et de joie et d’une grande qualité. Ils se sont déjà produits en France à l’Olympia, dans des bidonvilles et des camps Roms, pour des publics variés et dans des lieux improbables. Leur objectif est de faire connaître leur culture, de créer des liens et de prouver qu’une réussite est possible même là où tout semble voué à l’échec. (voir sur internet leur blog kesaj.blogspot.com et les reportages d’ARTE).
Ivan Akimov, musicien slovaque qui a vécu longtemps en France est, avec sa femme Elena qui est Rom, l’animateur de cette troupe. Nous l’avons rencontré au printemps dernier et il nous a aussi parlé du lycée Rom qu’ils ont crée à Kesmarov d’où sont sortis en 2016 les premiers bacheliers Roms.

VENEZ NOMBREUX !

Pièces jointes

La Commission nationale consultative des droits de l’Homme (CNCDH) publie son 27ème rapport sur l’état du racisme en France. 27 avril 2018

Depuis 1990, une enquête dresse l’état de l’opinion en matière de racisme, d’antisémitisme et de xénophobie.

Elle se base sur ce qui est appelé « l’indice de tolérance » qui varie de 0 à 100 ( 100: haut niveau de tolérance; 0 : pas de tolérance!).

En 2017, l’indice de tolérance s’établit à 64, considéré comme un chiffre stable.

Le rapport précise : « On observe des différences notables selon les minorités : l’indice s’établit à 34 pour les groupes rassemblés sous l’étiquette « Roms » contre respectivement 61 pour les musulmans, 72 pour les Maghrébins et 78 pour les noirs et les juifs. En tendance, les noirs (- 3 points) et les Roms (- 2 points) voient la tolérance à leur endroit régresser. »

Le rapport constate que les Roms sont le groupe qui est confronté au plus grand rejet de la part du reste de la population avec des stéréotypes, des préjugés qui ont la vie dure (ils ne veulent pas s’intégrer, ils exploitent les enfants, ils volent, mendient, ils sont sales…).

« Ces préjugés sont alimentés par des discours publics qui tendent à justifier l’échec d’initiatives d’intégration par la seule attitude des bénéficiaires, par la spectacularisation de la pauvreté par les médias et par une politique ambiguë vis-à-vis de la « gestion » des bidonvilles…De nombreuses familles se voient ainsi discriminées et privées de droits aussi fondamentaux que le droit à la sécurité, à la santé, à l’éducation, à la libre circulation » …et au logement.

Les associations se sentent un peu seules et pas vraiment soutenues pour combattre , au quotidien, ces discriminations et exiger le respect des droits.
Certains médias, dans notre région, apportent une contribution remarquable à la compréhension de la situation de ces familles. Qu’ils en soient remerciés ! Il faut poursuivre votre travail.

La lutte contre le racisme anti-roms passe par l’arrêt des expulsions . L’Instruction du Gouvernement du 25 janvier 2018 aux Préfets de Région et de département qui vise à donner une nouvelle impulsion à la résorption des campements et des bidonvilles ouvre des perspectives de solutions pérennes que les pouvoirs publics ( Etat et collectivités territoriales) ne manqueront pas de saisir !

JP PERRIN

Réouverture de l’aire d’accueil de Saint Menet 27 avril 2018

En février 2017, l’aire d’accueil de Saint Menet est fermée pour y réaliser des travaux. Ceux-ci devaient durer un mois ! Au final, ce n’est que le 17 avril 2018 que l’aire a pu réouvrir, soit 14 mois après sa fermeture… Cette situation a contraint des familles à occuper des terrains de façon illégale, ce qui leur a valu des assignations en référé devant le tribunal de grande instance de Marseille. Par ailleurs, la qualité des travaux entrepris est loin, semble-t-il, d’être satisfaisante …

La Marseillaise 18-04-18 – Réouverture aire acceuil st menet

 

Pièces jointes

La Marseillaise 18-04-18 - Réouverture aire acceuil st menet Télécharger

La ville de Lille et l’Etat condamnés après l’expulsion d’un campement de Roms 2 mars 2018

Le Tribunal de Grande Instance de Lille était saisi en référé par un couple de Roms expulsés avec une quinzaine d’autres personnes, le 3 novembre 2017. Le tribunal a estimé ce mardi que l’évacuation était illégale parce qu’elle n’avait pas fait l’objet d’une décision de justice préalable.

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/la-ville-de-lille-et-l-etat-condamnes-apres-l-expulsion-d-un-campement-de-roms-1517916924

Expulsion illégale à Lille – Communiqué interassociatif

TGI-Lille_06_02_18

Pièces jointes

TGI-Lille_06_02_18 Télécharger

L’atelier des vanniers du pays d’Aix 2 mars 2018

« …À l’automne 2016 Gligor est parti en Roumanie chercher des documents administratifs indispensables. Sa femme Cristina nous avait prévenu qu’à son retour il ramènerait des paniers pour remercier les bénévoles qui les avaient aidé. À son retour effectivement il rapportait une quantité de beaux paniers. Tout le monde les apprécia pour leur qualité, bien faits, fonctionnels, jolis, un modèle traditionnel. »

C’est le début de l’histoire de l’association l’atelier des vanniers d’Aix, que nous vous invitons à découvrir à travers le récit de François Provansal :

François Provansal – l’association l’atelier des vanniers du pays d’Aix

 

Pièces jointes

François Provansal - l'association l'atelier des vanniers du pays d'Aix Télécharger

Latcho Divano : dernière danse ? 2 mars 2018

A Marseille, depuis 10 ans, une équipe de bénévoles passionnés anime le festival LATCHO DIVANO et propose durant une dizaine de jours, à un public de plus en plus nombreux et varié, de multiples occasions de mieux connaître les Roms Tsiganes dans leur diversité.

Cette nouvelle édition, la onzième, sera-t-elle la dernière, du fait des baisses des subventions des collectivités territoriales ? Nous ne le souhaitons pas. Pour que vive l’édition 2018, nous vous invitons à contribuer à son financement à travers la plate-forme participative dHelloasso  #SavethelastDance

Latcho Divano 2018 : dernière danse ?