Facebook Accueil

Rencontres Tsiganes

Archives de l'auteur : webmaster

Un peuple Rom ? 4 avril 2015

Drapeau RomNul doute qu’un tel titre, malgré le point d’interrogation, sera considéré par certains comme politiquement incorrect. Le débat sur ce concept est ouvert de longue date y compris parmi ceux qui sont les premiers à se mobiliser pour défendre les droits de ces nouveaux migrants européens venus de l’Est et que l’on a pris l’habitude de désigner sous l’étiquette Rom. Afin d’éviter une stigmatisation, à caractère ethnique ou simplement culturelle, nous avons convenu, avec d’autres, de privilégier la dimension économique de cette nouvelle migration et de mettre l’accent sur les conséquences dramatiques de la politique de rejet dont ces familles sont l’objet en France depuis plus de dix ans. Nous tentons d’éviter des désignations ouvrant la porte à une xénophobie latente. Lors d’une récente rencontre, à l’initiative de la Fondation Abbé Pierre à Marseille, consacrée au mal logement et aux bidonvilles nous avons fait état de la mise à la rue par le Maire de Marseille d’une trentaine de familles avec de nombreux enfants sans que leur soit proposé un relogement ou même un hébergement. L’assistance a montré sa solidarité avec ces familles. Mais la suite du débat a confirmé que pour chacun il s’agissait sans aucun doute de familles Roms comme l’a précisé la Préfète dans son intervention.

Une fois de plus, nos précautions sémantiques sont apparues bien fragiles en face de la réalité du langage courant permettant à chacun de reconnaître et classer de manière simple sinon simpliste un groupe humain au comportement perçu comme étrange et dangereux. Volens nolens, le terme Rom s’applique ainsi en France à des groupes d’hommes et de femmes venus d’ailleurs et considérés pour la plupart comme non-intégrables. Parfois avec une certaine retenue, ils sont désignés à tort comme roumains alors que leurs pays d’origine sont beaucoup plus divers. La présence fort ancienne en France de groupes familiaux désignés sous le terme « gens du voyage » et qui n’ont souvent que de très lointaines relations avec les Roms venus de l’Est, participe à une large confusion. Les discours politiques ont su utiliser cette confusion des termes dans un amalgame douteux que nous dénonçons sans cesse.

Alors, que faire ? renoncer à ces distinctions sémantiques trop subtiles pour être prise en compte par une large majorité de l’opinion ? Reprendre la proposition d’un expert comme Jean Pierre Liégeois qui propose le mot composé de Rom/Tsigane ? ou plus simplement admettre que le qualificatif Rom (Homme en Romanes) s’applique à une large diversité de groupes humains présents à travers l’Europe et qui peuvent se reconnaître par des origines, une histoire, une culture, une langue, un mode de vie semblable ?

C’est ce qu’a proposé lors d’un congrès à Londres en 1972 un groupe de Roms venus de par le monde pour déclarer la naissance du « peuple rom », avec sa langue, son hymne et son drapeau. Cette initiative n’a pas eu alors le succès espéré et n’a pas recueilli l’adhésion des multiples composantes à travers l’Europe. Cependant à l’approche du 8 avril reconnue comme la 44ème journée internationale des Roms (Romano Dives) de multiples initiatives pour la reconnaissance de ce « peuple en devenir » démontrent que « la voix des Roms »commence à être entendue et reconnue en Europe mais aussi en France. A Marseille, le festival annuel Latcho Divano confirme depuis 8 ans la curiosité et l’intérêt grandissant de nos contemporains pour ce « peuple ». C’est aussi le cas à Paris et dans de nombreuses autres villes qui le 8 avril prochain vont rassembler, autour de la fête de la musique et de la danse, une foule nombreuse .

Sans arrière-pensée ni réticence, le 8 avril prenons part à la fête, échangeons nos expériences avec les Roms, les Tsiganes, Gitans, Manouches et autres Bohémiens pour le plaisir de chacun dans une joyeuse fraternité. A Rencontres Tsiganes, le débat est ouvert mais que chacun se rassure, le changement de dénomination n’est pas inscrit à l’ordre du jour de la prochaine assemblée générale !

Marseille, le 2 avril 2015
Alain FOUREST

Pièces jointes

Un “drôle“ de poisson d’avril 4 avril 2015

Nous savions que le bidonville qui depuis plus d’un an s’était reconstitué aux abords du centre commercial Grand Littoral à Marseille avait fait l’objet d’une décision judiciaire d’expulsion à la demande de la ville de Marseille, propriétaire de cette parcelle. Quelques propositions de relogement ou d’hébergement provisoire avaient été faites et la date du 2 avril au matin avait été annoncée pour l’intervention des forces de l’ordre.

Nous avions contesté la validité de cette décision judiciaire car les familles étaient installées sur une parcelle voisine de celle citée dans la décision judiciaire. La Préfecture bien qu’ayant reconnu l’erreur a maintenu la décision d’expulsion. Le 31 au soir des policiers sont venus une nouvelle fois sur le terrain et prétextant un nouveau contrôle d’identité ont annoncé leur venue pour le lendemain. Les dernières familles ont alors quitté les lieux dans la nuit avec leurs maigres baluchons. C’est ainsi que le 1er avril au matin les engins de chantier ont pu sans risque de conflits nettoyer le terrain vide de ses occupants.

La Préfecture peut ainsi annoncer que la décision de justice a été appliquée dés le premier jour de la fin de la trêve hivernale et que les forces de l’ordre n’ont pas eu à intervenir.

Belle hypocrisie !

On s’attend à de nouvelles expulsions « soft » dans les prochaines semaines.

Monsieur le Maire, Monsieur le Premier Ministre vous pouvez dormir tranquille ! Aujourd’hui on met les familles à la rue avec une certaine délicatesse !

8 avril : Journée internationale des Roms 4 avril 2015

 A Marseille, depuis 8 ans, une équipe de bénévoles passionnés renouvelle le festival LATCHO DIVANO qui durant une dizaine de jours propose à un public de plus en plus nombreux et varié de multiples occasions de mieux connaître les Roms Tsiganes dans leur diversité.

Ce festival s’achève mercredi 8 avril prochain par une manifestation festive et militante et un concert. On vous attend nombreux square Léon Blum en haut de la Canebière.

 Pour plus de détails : www.latcho-divano.com

Latcho Divano 2015

Dépêches Tsiganes 4 avril 2015

Fondé par le regretté Olivier BERTHELIN récemment disparu, ce site régulièrement mis à jour est animé par Isabelle LIGNER avec l’appui de la FNASAT. On y trouve des informations de grande qualité permettant de suivre la vie quotidienne des Roms et des Tsiganes et les difficultés auxquelles ils sont confrontés. Pour notre part nous y faisons régulièrement référence .

N’hésitez pas à vous inscrire à la lettre d’information. C’est une manière de  soutenir cette initiative dans un monde médiatique trop souvent superficiel et pollué.

Dépêches Tsiganes

http://www.depechestsiganes.fr/

Pièces jointes

Les Gens du voyage peuvent (doivent) voter ! 4 avril 2015

C’est une initiative collective à saluer.

Sur proposition de la FNASAT, l’ANGVC a co-signé avec l’ASNIT, France Liberté Voyage et l’UFAT  la reconduction d’une campagne d’incitation et d’information initiée en 2011 sur l’inscription sur les listes électorales pour les Voyageurs.

Cette version 2015, qui intègre les modifications apportées par la décision du Conseil constitutionnel le 5 octobre 2012, nous vous invitons à la diffuser sans aucune modération dans vos réseaux et à la faire connaitre autour de vous avec pour perspective immédiate les prochaines élections régionales du mois de décembre prochain.

En vous remerciant de votre contribution à cette initiative citoyenne.

Inscription sur les listes électorales

Pièces jointes

Inscription sur les listes électorales Télécharger

A Gardanne, une famille trouve un lieu d’accueil en Lozére 12 mars 2015

Le 03/03/2015 23:38, Didier BONNEL a écrit :

>
> Voilà, c’est fait.
> La famille Banciù (Cornel, Violeta et leurs quatre enfants) sont installés dans un beau et grand logement à St Martin de Boubaux, en Lozère, en pleine forêt cévenole, dans un cadre magnifique… Cornel commence à bosser demain matin.
> L’équipe de l’expédition était composée d’Anne-Marie, Marie-Véronique, Odile et moi-même. Mais tout le Collectif y était largement impliqué.
>
> Retour express sur les épisodes précédents :
> – voyage à St Martin le 24 novembre (Maire de Gardanne, Élus, CCAS, Police Municipale, Collectif, familles Roms),
> – visite à Gardanne en décembre du Maire de St Martin et de l’un de ses adjoints,
> – voyage du Collectif avec Cornel à St Martin le 2 février. Accueil remarquable des « Saint-Martinois » (je ne sais pas si on dit comme ça) et autres personnes attachées au projet (notamment Jur Jacobs). Cornel fait un essai de travail concluant. Rencontres multiples et très concrètes (école, collège, élus locaux, …). Rendez-vous est pris pour le 2 mars (4 semaines plus tard) pour l’arrivée de la famille à St Martin.
>
> Entre les deux, un très gros travail de préparation de tous : côté St Martin, et côté Gardanne.
> Côté Gardanne (et environs) : Mairie, CCAS, Fondation Abbé Pierre, Emmaüs Cabriès, Restos du Coeur, Éducation Nationale, …, Collectif.
> Donateurs généreux, déménageurs courageux, équipe s’occupant des questions scolaires en liaison avec l’école de St Martin et le collège du Collet de Dèze, des affaires sociales diverses (et essentielles), organisation matérielle du déménagement,… Une planification et une répartition du travail « au cordeau ».
>
> Chargement hier matin d’un camion de 20 m3 rempli jusqu’à la gueule, départ du Puits Z vers 11h, arrivée à St Martin en début d’après-m, déchargement et transfert à l’étage d’une bonne tonne de matériel, de quoi meubler et équiper l’appartement de tout ce qu’il faut pour vivre bien : mobilier, rangement, couchage, équipement électro-ménager, vêtements, matériel de cuisine, linge de maison, matériel scolaire, …
> A nouveau accueil chaleureux du Maire, de son équipe, et de sympathisants.
> Bonne météo, ouf !
> Déballage, « bricolage » tous corps de métiers, travail remarquablement efficace sur les questions scolaires et sociales en liaison avec tous les partenaires. L’équipe des « filles » (susnommées) fera sans tarder un compte-rendu sur ces derniers points (notamment les rencontres très fructueuses qu’elles ont eues).
> On siffle la récré vers 20h. Mais Violeta a continué en soirée, et a ré-attaqué ce matin à 6h.
>
> Le boulot s’est prolongé jusqu’à cet après-midi, et s’est conclu par un briefing en Mairie de St Martin auquel assistaient bien sûr Cornel et Violeta.
> Nous avons repris la route vers 17h.
>
> En résumé :
> – Cornel et Violeta, qui se sont progressivement familiarisés avec ce déracinement jusqu’à avoir ces derniers temps une grande hâte de partir, sont installés dans des conditions optimales. Du boulot pour Cornel et bientôt sans doute pour Violeta, un lopin de terre à cultiver, un appartement de village clair et confortable, dont les enfants ont pris possession avec un plaisir évident, une scolarisation qui va certainement se passer au mieux,
> – un accompagnement (de la part des Cévenols) qui s’annonce exemplaire,
> – une opération harassante, mais joyeuse et prometteuse,
> – et maintenant, la balle est dans le camp des Banciù. Ils nous semblent dans un état d’esprit tellement positif que nous sommes convaincus que tout se passera très bien. Ces impressions vont être confrontées à la réalité, et nous espérons qu’elles s’avéreront justes, que ce sera une réussite.
>
> Il y aurait bien sûr des tas d’autres choses intéressantes à raconter, mais ce serait un peu long ce soir…
> Quelques photos suivront, mais j’étais beaucoup trop pris ces deux jours pour faire un reportage digne de ce nom.
>
> Bonne soirée (nuit).
> Didier

« Spartacus et Cassandra » : Un très beau film à l’affiche 12 mars 2015

spartacus-cassandraSpartacus & Cassandra

Un film de Ioanis Nuguet – 1h20 – 2014
Le film est programmé à partir du mercredi 11 mars au cinéma L’Alhambra de Marseille.

Rencontres Tsiganes prendra part au débat en présence des acteurs de Spartacus & Cassandra, le samedi 14 mars à l’issue de la projection de 16h30.

Spartacus, jeune Rrom de 13 ans et sa soeur Cassandra, 10 ans sont recueillis dans le chapiteau-squat de Camille, une drôle de fée trapéziste qui prend soin d’eux, leur offre un toit et leur montre le chemin de l’école. Mais le coeur des enfants est déchiré entre l’avenir qui s’offre à eux… Et leurs parents qui vivent encore dans la rue.


« Un film tendre et rude, merveilleux. Sa présence entière, l’ampleur de sa vision, sa musicalité et sa grâce offrent comme une réparation au chagrin de vivre dans un monde terrible. »
D. Cabrera, cinéaste, membre de l’Acide

« Ce film est une merveille » Sud Ouest

« Du quotidien d’une fratrie à la dérive, Ioanis Nuguet réalise un film lumineux. »
Le Monde

« Entre réalisme et poésie, documentaire et fiction, cette histoire frappe au coeur. »
« Troublant et émouvant. »
Première

« Le film, lumineux, refuse la fatalité de ceux qui sont nés pour n’être chez eux nulle part. Et défend le droit de chaque enfant, même « du voyage », à planter un arbre qu’il pourra voir grandir. »
Télérama

« Ce n’est pas un film sur les Roms, c’est un film sur ces gens-là, sans clichés, sur leur détresse, leur vie, avec deux petits héros éblouissants »
Le Journal du Dimanche

« Avec un tel sujet, on n’ose pas dire que l’image est belle, mais on le pense. Belle et sauvage. »
Le Nouvel Obs

Pièces jointes