Facebook Accueil

Rencontres Tsiganes

Archives par catégorie : Gens du Voyage

Les grands passages impossibles 9 juillet 2017

 

“BERRE-L’ÉTANG « Nuits de Berre » : des gens du voyage sur place“

 

“Les gens du voyage ont investi le Domaine de la Tour Dans la soirée de dimanche, un convoi de 200 à 250 caravanes a pris possession d’un terrain privé, à proximité du domaine de Tournon. Les gens du voyage ont annoncé être là jusqu’au 9 juillet.“

“Eguilles : gens du voyage installés illégalement, la préfecture réagit après une agression“

 

Comme chaque année, à la même époque, la presse locale fait, quasi chaque jour, des gros titres sur l’arrivée soudaine d‘importants groupes de caravanes qui viendraient perturber la “tranquillité des populations“. Ces titres accrocheurs et les photos et commentaires qui les suivent sont toujours largement accusateurs et le plus souvent partisans en reprenant des témoignages de voisins et des accusations des maires concernés.

 

Lors de la récente commission départementale des gens du voyage tenue à la préfecture de Bouches-du-Rhône le 28 juin dernier, ce dossier a une nouvelle fois fait l’objet d’échanges vigoureux.  Le pasteur Vermeche responsable national des évangélistes a, sur un ton mesuré, regretté l’absence de terrains d’accueil prévus par la loi du 2 juillet 2000 et montré comment les responsables des groupes de voyageurs tentaient, le plus souvent en vain, de prévenir les maires et d’éviter les conflits.  A nouveau le préfet a regretté une telle situation contraire à la loi sans proposer de solution. On a toutefois appris que, dans le département, une mission de médiation avait été confiée à une association. Le responsable a tenté d’expliquer son rôle mais a surtout montré son impuissance en mettant en cause l’attitude d’après lui souvent agressive des gens du voyage. Ces accusations contestées par le gens du voyage, ont démontré en séance l’inefficacité d’une telle mission. (Après recherche cette entreprise privée dénommée ACVG services crée il y a deux ans, a son siège à la Rochelle et vend des conseils et prestations aux collectivités locales. !!!.)   

 

Depuis le vote de la loi du 5 juillet 2000 nous n’avons cessé de dénoncer sans résultat cette situation et le refus des élus d’appliquer la loi de la République.  Les conflits qui en découlent renforcent auprès des habitants la crainte et plus souvent le rejet des voyageurs. Les médias mettent alors  de l’huile sur le feu.  Faudra-t-il attendre que cette sinistre “guerre de positions“ se termine par des affrontements violents pour qu’enfin l’Etat assume ses responsabilités ?

 

 

Pièces jointes

A Arles, avec Mathieu PERNOT et la famille Gorgan 9 juillet 2017

Le photographe Mathieu PERNOT nous revient à Arles,  ville dont il est originaire, et où il a créé, durant 20 ans avec la famille GORGAN,  des relations  de confiance et d’amitiés .

A l’occasion des Rencontres Internationales de la Photographie, plusieurs articles et reportages décrivent la vie quotidienne de cette grande famille de Tsigane-Manouche  à la réputation un peu sulfureuse.  Grace au travail de ce photographe, respectueux  de la dignité de ceux qu’il mets en scène, la grande familles des Tsiganes , Gitans , Manouches et autres voyageurs  peut redresser la tête et  revendiquer le respect de leurs origines et de leurs  cultures .

Pièces jointes

“Emeutes“ de Moirans : un nouvel emballement politico-médiatique 24 septembre 2016

Il y a moins d’un an nous dénoncions une fois de plus dans un éditorial l’exploitation médiatique et politique des évènements survenus dans la commune de Moirans. A la suite du refus d’un juge des libertés, un jeune gitan incarcéré s’était vu refusé une autorisation provisoire de sortie pour assister à l’enterrement de son frère. Des membres de sa communauté se sont livrés à des actes de violences réprimés par les forces de l’ordre. Le Premier Ministre Manuel Valls, rendu sur place le 6 novembre, a tenu un discours particulièrement dur : « ce qui s’est passé à Moirans c’est une émeute, un déchaînement de violences avec un but, faire plier une décision de justice (…) Saccager, détruire, prendre en fait en otage une ville, une population, semer la terreur et le chaos, tous ces faits sont d’une extrême gravité et ils ne peuvent pas rester impunis, faut-il le rappeler ». Durant plusieurs jours, les divers médias ont relayé ces propos accompagnés d’images choc mettant parfois en cause l’ensemble des familles de gens du voyage sédentarisées dans cette commune depuis de longues années.

moirans-1

Nous avions alors, à l’appui de témoignages recueillis sur place, et sans minorer la gravité de ces faits, mis en doute les analyses simplificatrices souvent fort éloignées de la vérité. Grâce notamment à des photos, nous avions constaté que les affrontements avec la police se déroulaient en partie dans une cité HLM et non dans le terrain occupé les voyageurs. De même, quelques jours plus tard dans un message adressé à un responsable des voyageurs, Gérard SIMONET maire de Moirans,  s’excusait ainsi « de la tournure des événements de Moirans concernant les amalgames fait par les médias pour l’appellation gens du voyage » En quelques jours le mécanisme de “bouc émissaire“ avait une fois de plus servi d’alibi facile permettant aux autorités de montrer leur détermination à faire respecter l’ordre.

 

Moins d’un an plus tard ce fait-divers (et qui aurait dû le rester) revient au-devant de la scène médiatique à l’occasion du procès intenté contre les 12 personnes alors interpellées durant les affrontements. Cette fois, la bulle médiatique atteint son paroxysme. Le jour d’ouverture du procès, on peut lire dans http://www.laprovence.com/En directFaits divers en direct Lundi 19/09/2016 à 12H50

Ouverture du procès de 12 suspects des émeutes

« Alors que les opinions se crispent face à la crise des réfugiés, les gouvernements doivent sortir des discours « abstraits » et se colleter au terrain s’ils veulent « contrer les voix anti-immigration », estime l’OCDE dans un rapport publié lundi« La confiance des citoyens dans la capacité de leur gouvernement à gérer les migrations tend à s’effriter », »

L’article se poursuit sur le même ton sans aucun rapport, avec le procès de Moirans, objet du titre. Dans le doute il peut s’agir d’une erreur d’impression, mais le mal est fait. L’amalgame est bien réel aux yeux du lecteur. Gens du voyage, Roms migrants, réfugiés, immigrés, la confusion, volontaire ou non, est bien réelle.

Les titres et commentaires de la presse le 22 septembre après le réquisitoire du parquet sont du même esprit :AFP, publié le jeudi 22 septembre 2016 à 14h23

Moirans:des peines allant de 6 mois de prison avec sursis à 14 mois ferme ont été requises jeudi à l’encontre des 12 prévenus âgés de 18 à 58 ans. « Mansuétude » ou « laxisme »? Le parquet a requis jeudi jusqu’à 14 mois de prison ferme à l’encontre de trois suspects des émeutes de Moirans (Isère) à l’automne 2015 mais il a demandé du sursis à l’encontre des neuf autres prévenus. Pour le journaliste, le choix ne fait pas de doute, ces émeutiers méritent une plus lourde peine. On suivra avec intérêt les réactions des médias et des responsables politiques dans les prochains jours à la lecture de la décision du tribunal.

Une telle exploitation politico médiatique que nous dénonçons depuis de longues années, contribue directement à la marginalisation et à la stigmatisation des Tsiganes. Certains , avec fatalisme, se replient sur leur communauté, d’autre encore et notamment les plus jeunes se révoltent et parfois ont recours à la violence. Faut-il encore s’en étonner ?

 

Marseille le 22/09/2016

 

Alain FOUREST

 

Pièces jointes

A NANTES les gens du voyage sont des citoyens à part entière 22 juillet 2016

On lira avec intérêt la lettre d’info réseau que  Nantes Métropole publie sous le titre : AGIR POUR LES GENS DU VOYAGE .  C’est l’ensemble des questions que pose la présence des gens du voyage  dans l’agglomération qui est abordé de manière concrète et dans le souci du respect de leur culture et de leur mode de vie

 

Lettre_Info NANTES Reseau_GV_n7_2016-06

Pièces jointes

Lettre_Info NANTES Reseau_GV_n7_2016-06 Télécharger

HABITAT PERMANENT EN RÉSIDENCE MOBILE 19 juin 2016

Photo Brétign.jpg.567C’est un  rapport de grande qualité présenté par le service habitat de la FNASAT  lors de la récente assemblée générale de cette fédération (Fédération nationale des associations solidaires d’action avec les Tsiganes et les Gens du voyage)

Ce dossier très complet sur l’habitat des gens du voyage rassemble de nombreuses informations sur les nouveaux besoins des familles qui souhaitent se  sédentariser et sur les possibilités qui leur sont offertes pour y parvenir. Il est très largement illustré par des exemples de réalisations recueillis auprès des adhérents du réseau de la FNASAT

Habitat permanent en résidence mobile_Analyses-actions du réseau FNASAT_Mai 2016

Il a vocation à être largement diffusé auprès de tous ceux (Elus, fonctionnaires, travailleurs sociaux etc.. ) qui sont directement concernés par les politiques locales de l’habitat.

 

Pièces jointes

Habitat permanent en résidence mobile_Analyses-actions du réseau FNASAT_Mai 2016 Télécharger

A Cuges-les-Pins, le maire bloque la route nationale 8 19 juin 2016

 

gens-du-voyage-2L’arrivée sur la commune de Cuges-les-Pins de 220 caravanes a mobilisé le maire et une partie de ses administrés qui s’opposent au stationnement de ces nouveaux arrivants sur un terrain privé. L’élu fait appel au préfet pour faire évacuer ces gens du voyage .

« J’ai tout de suite essayé d’appeler le préfet de police pour l’alerter sur la situation, explique le premier magistrat. Un tel apport de population pose un réel problème sanitaire et sécuritaire. Ils font des branchements sauvages, pour l’eau et l’électricité et laissent le terrain dans un état déplorable… Nous ne pouvons pas accueillir ces gens dans de telles conditions.« . J’ai demandé aux propriétaires de porter plainte, afin que je puisse engager une procédure en référé. Et nous allons renouveler les actions de force.« Cuges les pins 2

L’absence de terrain de grand passage dans le département des Bouches-du-Rhône, depuis longtemps  dénoncée par les associations de voyageurs,  conduit à des situations conflictuelles regrettables. Cela ne justifie pas pour autant l’attitude du maire, ses menaces  et les propos hostiles de certains de ses administrés. Un représentant de la préfecture a pris contact avec un représentant des voyageurs. Ce dernier a expliqué leur présence par l’hospitalisation d’un des leurs à Aubagne. Le calme est finalement revenu et les voyageurs ont quitté la commune de leur plein gré quelques jours  plus tard.

Depuis quelques semaines ce type d’incident se multiplie comme chaque année dans la région. L’arrivée de ces groupes importants est pourtant largement annoncé conformément à la loi. A la fin avril plus d’une trentaine de groupes devaient stationner quelques semaines dans les Bouches du Rhône durant l’été avant de partir vers le Var et les Alpes Maritimes. Certains maires  proposent des solutions temporaires, d’autres menacent et envoient des huissiers, les médias sont alertés et c’est trop souvent au détriment des voyageurs qui sont traités d’intrus.

 

Pièces jointes

Enfin des groupes de travail qui fonctionnent 20 mai 2016

Depuis de nombreuses années l’association Rencontres Tsiganes met en cause le fonctionnement de la commission départementale des gens du voyage dans les Bouches-du-Rhône. Lors de la dernière réunion du 13 février 2016 le préfet a reconnu la nécessité de groupes de travail thématiques pour préparer le travail de la commission. Le Sous préfet d’Istres a donc programmé trois groupes de travail qui se sont réunis à deux reprises et ont permis des échanges d’informations utiles entre les fonctionnaires et les représentants  des associations de voyageurs .

Le groupe de travail sur la scolarisation en présence des gestionnaires d’aire d’accueil et du responsable du CASNAV  (Inspection académique) a été constructif et des propositions concrètes devraient être soumises à la commission avant l’été .

Le groupe sur les grands passages a confirmé l’absence de terrains prévus par la loi dans le département et le représentant de l’ASNIT a annoncé l’arrivée de 37 groupes dans le département à partir du mois de mai.

Le groupe sur la sédentarisation qui doit tirer les enseignements de l’étude réalisée  par l’Etat et le Conseil départemental  sur ce thème a constaté l’importance des besoins en habitats adaptés pour compléter les aires d’accueil et la difficulté à convaincre les maires de prendre en compte ces besoins

Les comptes rendus et les propositions de ces groupes de travail seront présentés à la prochaine commission .

Il faut souhaiter que ces premières initiatives seront suivies d’effet et permettront un terme à des situations  d’exclusion et de déni largement  répandues dans le département comme dans la région .

Vedène barre la route aux gens du voyage 22 avril 2016

VedeneUne fois de plus, cette commune du Vaucluse a trouvé  l’appui des autorités préfectorales pour  interdire à des voyageurs de  stationner dans la commune.   Il avait été convenu que les forces de l’ordre devaient inciter fortement les gens du voyage à quitter les lieux, sous peine d’évacuation par la force et que des travaux devaient être effectués immédiatement après leur départ, afin de rendre le site inaccessible. Le 30 mars, les dernières caravanes quittaient le site et le jour même, des travaux ont été entrepris, sous la coordination de la préfecture, pour empêcher tout nouvel accès au site.

Pièces jointes

A Montpellier expulsion de gitans sédentarisés 21 mars 2016

expulsion MontpellierInfo 24 par Jean marc AUBERT

 

7 familles de Gitans sédentarisés, soit une quarantaine de personnes dont des enfants ont été expulsés par les services de police ce matin de leurs caravanes installées sur le parking de la résidence du Mas de Cholet, près de l’avenue du Mas de Portalys, aux Près-d’Arènes, à Montpellier.

« Les caravanes et les familles expulsées occupent désormais un terrain proche de celui où elles étaient installées depuis de nombreuses années, des tranchées sont creusées à l’endroit d’où elles ont été expulsées ce matin pour ne plus pouvoir revenir. Il faut savoir que ces Gitans avaient obtenu l’accord verbal il y a 8 ans de Mme Hélène Mandroux, maire de la ville à l’époque et l’autorisation verbale d’Annie Bénézech, adjointe au maire en charge du quartier pour s’installer résidence Cholet » certifie Yaka Maraval, le médiateur de la communauté gitane de Montpellier.

« Aucun dialogue »

Yaka Maraval dénonce ce matin l’absence totale de dialogue avec les collectivités : « Depuis que ces 7 familles m’ont alerté de leur expulsion, il y a quelques semaines, j’ai tenté de rencontrer des élus de la Ville, dont celui en charge des quartiers sud, en vain. Les médiateurs de la Ville, de la Métropole et de la préfecture de l’Hérault font la sourde oreille, également, où ces 40 Gitans vont-ils aller vivre, désormais ? Depuis, ce matin, ils squattent un terrain sans autorisation, c’est un cercle vicieux infernal. Ces Gitans sont nés au Mas de Portalys et Mas de Cholet, c’est leur quartier ».

Opération l’an dernier 

L’année dernière (photo), une opération policière avait été lancée au Mas de Portalys pour enrayer un trafic présumé de ferraille. La procédure judiciaire serait toujours en cours.

Une cinquantaine de policiers ont de nouveau débarqué résidence du mas de Cholet, ce matin avec un tractopelle. Les Gitans expulsables attendaient leur venue.

Yaka Maraval, présent sur place, regrette qu’aucun élu ne se soit déplacé pour cette nouvelle opération.

Pièces jointes

Une enquête sur la sédentarisation dans les Bouches-du-Rhône 19 février 2016

Cette enquête a fait l’objet d’une présentation sommaire lors de la dernière réunion de la commission départementale des gens du voyage, le 10 février dernier. Au cours de cette réunion présidée par Stéphane BOUILLON, Préfet de Région, et madame Danièle BRUNET, conseillère départementale,  les participants ont pris connaissance du travail  engagé il y a plus d’un an  que nous attendions avec impatience. Voilà en effet plus de dix ans que, à chaque occasion, nous n’avons cesser de rappeler que, dans la Région, la sédentarisation, le plus souvent contrainte, d’un nombre croissant de voyageurs est une question majeure laissée sans solution .

couronnade

Cette enquête à laquelle nous avons pris une part active ne fait que confirmer nos analyses. Ce sont plus de 300 familles qui dans l’urgence nécessitent que  des solutions d’habitat adaptées leurs soient proposées.  Les aires d’accueil prévu au schéma départemental ne peuvent répondre à leurs besoins.

On lira ci joint les avis que Rencontres Tsiganes a rédigé et diffusé sur cette enquête et les  propositions qui sont faites aux pouvoirs publics pour répondre à ces besoins. On peut regretter que la présentation trop rapide de cette étude en fin de séance de la commission, n’ait pas fait l’objet d’un débat et d’un programme d’action.IM000378

Pour éviter une fois de plus, qu’un tel travail soit rapidement oublié et qu’aucune suite ne lui soit donnée, nous  nous engageons à en diffuser les résultats et à agir pour que des programmes d’actions soient  mis en place.

analyse étude sédentaires

etudeancragegdvcg13

Pièces jointes

atlasancragecg13 Télécharger
etudeancragegdvcg13 Télécharger
Étude sur la sédentarisation II des Télécharger
analyse étude sédentaires Télécharger