Facebook Accueil

Rencontres Tsiganes

Archives par catégorie : Nos actions

Sur l’aire de Saint Menet : un air d’opéra. 28 juin 2016

Opé&ra à saint Menet

Samedi 11 juin au soir, une surprise attendait les voyageurs installés sur l’aire de Saint-Menet à Marseille. L’arrivée de  quelques personnes portant de drôles  de cartables  a intrigué les nombreux enfants présents sur le site . Puis des chaises et des bancs ont été installés entre les caravanes.  L’attente était longue et les questions nombreuses.  Puis les nouveaux arrivants s’installent et sortent de drôles d’instruments de musiques de leurs étuis. Au début c’est curieux ils soufflent chacun à leur tour puis tous ensemble dans leurs  instruments. Chut ! il faut faire silence . C’est Pierre qui commence  puis, peu à peu, tous les animaux  se font entendre.  Pierre arrive enfin a attraper le loup . On a eu peur. Heureusement il avait une grande paëlla qui nous attendait.

 Bravo les artistes !!!!

A propos
L’aire d’accueil des gens du voyage de Saint-Menet à Marseille est l’une des rares à bénéficier d’un centre social permanent, lieu d’échange et de vie où tsiganes, rroms et gadjé se côtoient.

Air(e) d’Opéra est à la fois une soirée musicale organisée sur une aire d’accueil et un programme qui participe à l’ouverture du champ culturel et artistique en créant
du lien social.
Les musiciens issus d’une formation de l’Orchestre Philharmonique de Marseille, le service d’animation du centre social de l’aire d’accueil des gens du voyage de St Menet, la médiathèque de la Penne sur Huveaune et le Pôle d’Information Carré Culture, accompagnent les familles de l’aire d’accueil et le public sur des temps d’échange, de partage et d’ouverture en vue du rassemblement
Air(e) d’Opéra qui cette année donnera lieu à un concert-lecture autour du conte musical Pierre et le Loup de S. Prokofief

Pièces jointes

Déclaration du 16 mai 2016 à Saint DENIS 20 juin 2016

Déclaration d’Indépendance et d’Amour proclamant la naissance du « Mouvement
du 16 mai »

Prononcée sur scène, par 50 Rroms et Rromnia, le 15 mai 2016, lors de la Fête de
l’Insurrection Gitane sur le parvis de la Basilique de Saint Denis.

Nous, Rroms, sommes beaux.
Mais partout votre monde nous enlaidit.
Sur vos trottoirs, dans vos prisons, dans les bidonvilles que vos États nous font,
Votre monde nous enlaidit sauf dans vos rêves, dans vos cirques, sur vos scènes,
ou dans vos films,
Votre imagination est notre espace politique. Il n’y a que dans vos rêves que nous
sommes libres.
Nous ne vous apparaissons jamais qu’avec un masque pour vous plaire ou nous
soumettre.
Ce jeu est si vieux qu’à vous comme à nous il semble naturel
Et même lorsque les États tentent de nous détruire, c’est toujours devant vos
propres juges que vous les faîtes comparaître. Et tous sont absous.
Et à la fin, dans vos tribunaux, même nos morts sont toujours présumés
coupables.
Raymond Gurême, notre grand-père à tous, a survécu au « génocide des
tziganes »
Il nous fait l’honneur, encore cette année, d’être avec nous à cette fête de
l’insurrection gitane. Il est pour nous un exemple, un héros !
Lorsqu’à son âge, il est battu chez lui par des policiers, le procureur classe sa
plainte et fait sur lui peser la suspicion : parce qu’étant ce qu’il est c’est bien qu’il a dû
mérité ces coups de bâton.
Il y aussi tel grand historien de l’ « holocauste », Gunther Levy, ou tel haut
fonctionnaire du conseil de l’Europe qui formulent l’étrange hypothèse raciste que la
cause de la violence qui nous est faite serait en nous.
Même lorsque les Etats tâchent de soigner le mal que vous voyez nous ronger la
vie :, la vieillesse au visage d’une jeune maman, l’infection du foi d’un fils qui meurt à 26
ans, les poumons de jeunes filles empoisonnées par le voisinage d’une usine de béton, le
cadavre carbonisé d’un nourrisson dans la misère de vos villes , c’est avec l’idée que la
source de ce mal est en nous, et que pour le soigner, il vous faudrait nous faire cesser
d’être nous-mêmes. C’est ce qu’on appelle l’intégration, qui est une autre manière de
nous détruire.
Il suffit de regarder : plus les politiques publiques d’intégration croissent en
intensité, plus les nôtres souffrent partout en Europe. Mais désormais nous savons, ce
n’est pas en nous qu’est la source du mal dont nous mourrons. Et à mesure que nos
souffrances progressent, vos monstres politiques apparaissent : vos barbelés, vos
polices des frontières, les camps de concentration en Grèce où vous gardez des réfugiés.
Même la mer méditerranée qui vous a enfanté devient un charnier. Et soyons surs mes
frères et mes soeurs Rroms, que ce dont meurent les enfants, les femmes et les hommes
qui arrivent d’Afrique ou de Syrie, c’est du même mal que nous. Nous mourrons tous de
cette Europe !
Aujourd’hui, en mémoire de la révolte des Femmes et des hommes qui se sont
soulevés le 16 Mai 1944 dans les camps des « familles tziganes de Auschwitz IIBirkenau
», nous, Hommes et femmes Rroms vivants, déclarons la création du
« Mouvement du 16 Mai »
Le « mouvement du 16 Mai » est une organisation politique Rrom autonome, une
médecine par quoi nous avons décidé de soigner nous mêmes le mal dont nous
souffrons. Nous vous sommes grès de vos médecines mais elles nous ont jusqu’ici été un
poison. Notre santé ne dépend que de nous. Nous savons désormais que ce n’est pas à
vous imitant que nous irons mieux, car nous savons que vous aussi êtes malades.
Quand nous nous serons lavés de la laideur, soignés des cicatrices que votre racisme,
votre violence, votre pitiés ont marqués sur nos peaux, c’est vous qui voudrez nous
ressembler, et pas seulement en portant nos jupes et nos chapeaux. Vous voudrez
ressembler à ce que nous sommes et tels que vous ne nous avez jamais vus. De notre
santé dépend aussi la votre. Car si nous sommes ceux qui souffrent, le mal est parmi
vous.
C’est pourquoi le Mouvement du 16 Mai est une déclaration d’indépendance et
une déclaration d’amour. La nuit du 2 Août 1944, quand 2000 Femmes hommes et
Enfants Rroms ont été instantanément détruit par le gaz, l’instant d’avant, dans
l’antichambre, un membre du réseau de résistance de Birkenau qui survivra a vu, et
raconté ce qu’il décrit comme « un spectacle inhabituel qu’il n’avait encore jamais
observé dans cette horreur, des hommes serraient passionnément leur femme dans un
ultime étreinte, et donnaient ainsi adieu à l’être le plus cher qu’ils avaient au mondecomme
à leur propre existence. »
Cet amour-là, c’est ce que nous appelons le « soulèvement de la vie nue », c’est
l’acte politique à quoi nous voulons être fidèles, c’est la promesse à quoi nous voulons
être tenus. C’est au coeur de cette nuit éternelle que le Mouvement du 16 Mai, la Fête de
l’insurrection gitane et tout le mouvement international Rromani Resistance veut porter
le présent. Depuis ce point irradiant la nuit d’intensité amoureuse, Nous les rroms
sommes désormais éternellement vivant et debout !

Tous en fête avec les Roms à Gardanne 19 juin 2016

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

@ Jean Sicard

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

@ Jean Sicard

De la part de Didier BONNEL, coordinateur de cette manifestation. Merci Didier 

 

De l’avis général, non seulement du nôtre mais de celui d’un grand nombre de personnes connues ou non, notre fête a été une réussite.

J’insiste sur « connues ou non », car nous avons vu hier soir beaucoup de gens qui n’appartiennent pas à nos réseaux habituels, associatifs ou personnels. Ce qui semble indiquer que nous avons réussi à sortir de l' »entre-soi », que nous avons réussi à toucher, grâce à nos efforts de communication intenses et divers, de nouvelles personnes. Peut-être avons-nous réussi à faire avancer un petit peu la « cause des Roms » ? C’était notre ambition.
Nous avons eu hier après-midi et soir environ 750 à 800 personnes. Environ, parce que le décompte ne pouvait pas être plus précis. Mais ce n’est pas du tout une exagération dans le genre « chiffre des organisateurs-chiffre de la police ». C’est la réalité. De plus, les Roms des différents sites étaient nombreux, spectateurs et acteurs de la fête.
Notre manifestation s’est parfaitement déroulée, sans couac, juste quelques petits trucs vraiment mineurs, vite résolus.
Grâce au dévouement, à la bonne humeur et à l’efficacité de tous.
Que dire, comment formuler ça ?
Peut-être juste en disant « Merci de chacun de nous à chacun de nous, TOUS » ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

@ Jean Sicard

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

@ Jean Sicard

Pour en savoir plus on lira ci joint le dossier de presse réalisé pour l’occasion et qui résume bien la situation ds Roms dans le  les Bouches du Rhône Dossier de Presse 06-06-16

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

@ Jean Sicard

Pièces jointes

Tous en fête avec les Roms 20 mai 2016

AfficheA4

RAPPEL

 

Les collectifs de soutien aux Roms des Bouches du Rhône vous convient à une manifestation intitulée « Tous en fête avec les Roms » le samedi 11 juin 2016, de 14h à minuit, à la Maison du Peuple de Gardanne.
Le programme et l’affiche de la manifestation sont en pièces jointes.Programme définitif 

Après de longues années passées par d’innombrables bénévoles du département et d’ailleurs à accompagner les familles Roms en déshérence pour tenter de leur permettre d’accéder à des conditions de vie dignes et décentes, les collectifs 13 veulent faire de cette manifestation un temps fort de débats, rencontres, information, mais aussi de fête (voir programme) !

Merci de le faire savoir dans tous vos réseaux associatifs et amicaux, et de venir vous-mêmes le 11 juin avec enfants, petits-enfants, copains… !

Pièces jointes

Programme définitif (3) Télécharger
AfficheA4 Télécharger

Enfin des groupes de travail qui fonctionnent 20 mai 2016

Depuis de nombreuses années l’association Rencontres Tsiganes met en cause le fonctionnement de la commission départementale des gens du voyage dans les Bouches-du-Rhône. Lors de la dernière réunion du 13 février 2016 le préfet a reconnu la nécessité de groupes de travail thématiques pour préparer le travail de la commission. Le Sous préfet d’Istres a donc programmé trois groupes de travail qui se sont réunis à deux reprises et ont permis des échanges d’informations utiles entre les fonctionnaires et les représentants  des associations de voyageurs .

Le groupe de travail sur la scolarisation en présence des gestionnaires d’aire d’accueil et du responsable du CASNAV  (Inspection académique) a été constructif et des propositions concrètes devraient être soumises à la commission avant l’été .

Le groupe sur les grands passages a confirmé l’absence de terrains prévus par la loi dans le département et le représentant de l’ASNIT a annoncé l’arrivée de 37 groupes dans le département à partir du mois de mai.

Le groupe sur la sédentarisation qui doit tirer les enseignements de l’étude réalisée  par l’Etat et le Conseil départemental  sur ce thème a constaté l’importance des besoins en habitats adaptés pour compléter les aires d’accueil et la difficulté à convaincre les maires de prendre en compte ces besoins

Les comptes rendus et les propositions de ces groupes de travail seront présentés à la prochaine commission .

Il faut souhaiter que ces premières initiatives seront suivies d’effet et permettront un terme à des situations  d’exclusion et de déni largement  répandues dans le département comme dans la région .

« Les expulsions forcées subies par les Roms atteignent des niveaux intolérables » 22 avril 2016

« Les expulsions forcées subies par les Roms atteignent des niveaux intolérables »

Paris, le 8 mars 2016Monsieur le Ministre, 

Nous vous adressons cette lettre car les expulsions forcées subies par les Roms (ou les personnes désignées comme telles) vivant dans des bidonvilles en France atteignent des niveaux intolérables durant cette période hivernale.

En effet, le recensement des évacuations forcées de lieux de vie occupés par des Roms (ou des personnes désignées comme telles), en France, indique que depuis le début de l’année 2 582 personnes ont été évacuées de force de leurs lieux de vie, soit près de 300 personnes par semaine.

Sans attendre la fin du premier trimestre 2016, nous voulons alerter sur cette situation indigne et inhumaine. Rien que durant la dernière semaine, en plein hiver, ce sont plus de 1 000 personnes qui ont été ainsi jetées à la rue à Roubaix, à Marseille, à Nantes et en d’Ile-de-France.

Dans votre réponse au Commissaire aux droits de l’Homme du Conseil de l’Europe, M. Nils Muižnieks, en date du 12 février 2016, vous affirmiez : « Des efforts sont faits pour atténuer au maximum les effets sur les parcours de scolarisation, ce qui explique notamment qu’une grande partie des évacuations ont lieu en été. » Si ce que vous dites est avéré et au vu du nombre élevé d’évacuations forcées exécutées durant les deux premiers mois de cette année, nous craignons le pire, pour l’été à venir. Dans le cas contraire, vos dires ne se vérifient pas dans les faits.

Dans le même courrier, vous faites référence à la circulaire du 26 août 2012, indiquant son application lors des évacuations forcées. Nous devons vous contredire aussi sur ce sujet : sur les 19 expulsions recensées depuis le début de l’année, seules 11 ont fait l’objet d’une proposition d’hébergement temporaire. L’application de cette circulaire n’est pas du tout systématique, et ceci depuis le mois d’août 2012. Quand elle l’est, ce n’est que de manière très partielle. Cette observation est faite par tous les acteurs opérant sur le terrain. Ces expulsions se font, de fait, toujours sans solution de relogement valide et pérenne.

Ces expulsions sont condamnées par le Commissaire aux droits de l’Homme ou la Commission antiracisme (Ecri) du Conseil de l’Europe. Dans la lettre que le Commissaire aux droits de l’Homme vous a envoyé le 26 janvier 2016, M. Nils Muižnieks spécifiait en effet : « En outre, comme je l’ai rappelé dans mon rapport de 2015, le Comité européen des droits sociaux a rendu une série de décisions concernant la France, constatant plusieurs violations de la Charte sociale européenne concernant les droits sociaux des Roms. »

L’inquiétude est grande car on ne comprend pas pourquoi se perpétue cette politique inhumaine, indigne et inutile, car elle ne résout rien. Elle aboutit à précariser encore plus une population déjà très fragilisée. On estime qu’un tiers des personnes ainsi rejetées sans abri sont des enfants.

Nous voulons vous alerter ainsi que l’opinion publique, car, comme pour les réfugiés de Calais, c’est une politique du bulldozer qui est mise en place.

Nous réitérons la même demande, de manière inlassable : la suspension des expulsions systématiques, la sécurisation des bidonvilles et leur assainissement, la mise en place de solutions adaptées pour l’insertion des familles à travers le droit commun et ceci avant toute expulsion, pour toutes les familles et sur tout le territoire. Le suivi de ces politiques devrait être organisé dans le cadre d’un dialogue permanent entre les pouvoirs locaux (communes, collectivités territoriales), les autorités régionales et nationales et les acteurs publics et associatifs actifs dans les bidonvilles.

Vous comprendrez, monsieur le Ministre, que nous rendions cette lettre publique.

Je vous prie de croire, monsieur le Ministre, en l’expression de ma haute considération.

 

Françoise Dumont
Présidente de la LDH          LDH_Lettre-M.-Bernard-Cazeneuve_14-04-2016

Réponse-de-B.-Cazeneuve-du-150316-au-courrier-du-8-3-16_rom

Pièces jointes

LDH_Lettre-M.-Bernard-Cazeneuve_14-04-2016 Télécharger
Réponse-de-B.-Cazeneuve-du-150316-au-courrier-du-8-3-16_rom Télécharger

Assemblée générale de Rencontres Tsiganes 25 mars 2016

Compte-rendu de l’assemblée générale de l’association Rencontres Tsiganes

le samedi 23 janvier 2016 à Marseille

 

La séance est ouverte par le président Jean Paul Kopp à 15h15

Présents : 28 membres adhérents

Excusés 9 membres adhérents

 

1 – Présentation aux participants du rapport moral et d’activités de l’année 2015

 

L’année 2015 a été marquée en France et dans le monde par de dramatiques évènements qui n’ont p as été sans conséquence sur l’activité de notre association. Les impératifs de sécurité souhaités par la plus garde partie de l’opinion et les politiques mises en œuvre ont contribué à accroître la méfiance et parfois l’hostilité envers les minorités présentes sur le territoire. La situation économique et sociale est également un facteur qui ne facilite pas la solidarité entre les communautés. Dans un tel contexte, les conditions d’accueil des gens du voyage comme des familles Roms dans la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur sont demeurées toujours plus précaires.

 

Pour autant, l’activité de l’association Rencontres Tsiganes s’est poursuivie au long de l’année afin de répondre aux urgences et aux attentes des uns des autres. Les réunions du conseil d’administration et du bureau ont permis de faire régulièrement le point des activités et des prises de positions publiques.

 

A la suite de négociations avec le délégué régional de la Fondation Abbé Pierre nous avons signé une convention afin de développer les moyens d’accès aux droits à l’habitat des gens du voyage sédentarisés. Cette aide nous a permis de recruter dans le cadre d’un emploi aidé une personne qui viendra épauler de Caroline Godard dans sa tâche à partir du 29 février prochain.

 

Durant l’année, nous avons maintenu des contacts fréquents avec les associations et organismes régionaux et nationaux qui poursuivent les mêmes objectifs que nous, comme la FNASAT, les associations représentatives des gens du voyage ou encore Romeurope.
Le centre de ressources a multiplié les actions d’information et de formation tout au long de l’année avec une attention particulière auprès des étudiants et des jeunes. Plusieurs initiatives a caractère culturel ont permis de toucher un large public.

 

L’association a suivi avec grande attention l’évolution législative en cours concernant le statut des gens du voyage. Sur le plan local,e la mis en application des schémas départementaux demeure largement insuffisante et des incidents ont eu lieu sur certains terrains d’accueil. L’absence de terrains de grands passages conformes à la réglementation est à l’origine de nombreuses expulsions le plus souvent injustifiées.

 

Nous avons suivi avec attention l’étude engagée il y a plus d’un an par l’Etat et le Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône concernant les Tsiganes sédentarisés. Nous attendons les conclusions opérationnelles qui en seront tirées.

Les actions de soutien aux familles Roms se sont poursuivies durant l’année malgré l’insuffisance et parfois la réduction des moyens mis à la disposition des associations. Contrairement à ce qui est parfois annoncé, nous ne constatons pas l’arrivée de nouvelles familles et celles pour lesquelles des solutions d’habitat ont pu être proposées, démontrent une bonne capacité d’adaptation a la vie locale. La scolarisation des enfants demeure une priorité qu’il est trop souvent impossible de mettre en place en raison d’expulsions fréquentes. Il est convenu qu’une campagne d’information sera mise en œuvre pour faire connaître les difficultés de scolarisation.

 

Nous avons noué des relations efficaces avec des avocats qui avec constance interviennent dans des procédures d’urgence de plus en plus fréquentes.

 

Après un échange d’informations l’assemblée, à l’unanimité, approuve le rapport moral et d‘activités et donne quitus au président.

 

2° Bilan financier et perspective budgétaire

 

Le compte de résultats est positif à hauteur de 12 030 euros, ce qui nous permet d’avoir une trésorerie, et d’attendre plus sereinement l’arrivée des subventions.

 

Le budget prévisionnel pour l’année 2016 s’élève à 102 800 euros.

Rencontres Tsiganes ayant deux salariés en contrats aidés certes, mais un différentiel à payer par l’association de 11 500 euros. Ce qui va également nous engager à développer davantage d’actions.

 

Nous sommes malgré tout inquiets des prochaines sommes allouées par les différents financeurs (Conseil départemental, Conseil régional…) ; les dossiers de demandes de subventions sont d’ores et déjà déposés, mais nous devons nous préoccuper de trouver d’autres sources de financements.

 

Les comptes de résultats 2015 et le budget prévisionnel 2016 ont été adoptés à l’unanimité.

Les Roms « s’acampent » sur le carreau de la mine 21 mars 2016

Gardanne la mineRoms a gardanne 1Le collectif des Roms de Gardanne qui depuis 4 ans suit les familles installées sur l’ancien carreau de la mine propose  d’organiser le 11 juin à Gardanne une FETE ROM qui doit être UN EVENEMENT POSITIF alors que tous les « sites, camps, campements, bidonvilles… » sont globalement et toujours sous la menace d’expulsions, d’exclusions et de violences en tous genres. Des détails de  cette journée seront données plus tard .Roms a Gardanne 2

Pour mieux comprendre les conditions d’accueil des familles Roms  dans cette ville on lira avec intérêt la remarquable enquête réalisée sur place par des élèves venus de différents lieux autour de la méditerranée. L’encadrement de ce travail a été réalisé par Laurent DUSSUTOUR, enseignant au Lycée agricole de Valabre et Béatrice MESINI, chercheuse  au CNRS

-Les Roms de Gardanne cx

Pièces jointes

-Les Roms de Gardanne cx Télécharger

A Marseille Frais Vallon, les Bulldozers font la loi 20 janvier 2016

Communiqué de presse – Frais vallon – les bulldozers font la loi

 

COMMUNIQUE de la LDH  13

 A Marseille Frais Vallon, les Bulldozers font la loi

 

 Depuis près de deux ans, une vingtaine de familles, chassées de toutes parts, avaient trouvé un refuge en construisant quelques cabanes sur un terrain appartenant à l’Etat à proximité de la future L2. La préfecture ayant engagé contre elles une procédure d’expulsion, le TGI de Marseille s’est déclaré incompétent et a débouté l’Etat par une décision en date du 18 septembre 2015. La Préfecture a fait appel de cette décision et la date de l’audience n’est pas encore connue à ce jour .

 

Le 21 décembre, la société privée qui réalise la L2 a assigné les mêmes familles au tribunal administratif qui s’est également déclaré incompétent. Malgré cette décision quelques familles ont dû quitter les lieux contraintes par l’avancée des engins de chantier. Pour les autres, elles sont dans l’angoisse quotidienne car les engins ont cerné les baraques encore en place qui menacent à chaque instant de s’écrouler.

IMG_1634

Quelles que soient les contraintes et les urgences d’un chantier nous considérons qu’il est inadmissible qu’une entreprise privée refuse de se plier à une décision de justice et mette ces familles en danger. Nous exigeons l’arrêt immédiat des engins et la fin de ce harcèlement physique. Nous demandons l’ouverture de négociations permettant d’offrir à ces familles des conditions d’hébergement satisfaisantes.

 

Marseille le 19 janvier 2016

 

 

 

Pièces jointes

Communiqué de presse - Frais vallon - les bulldozers font la loi Télécharger

76 évacuations forcées En 2015 20 janvier 2016

C’est le chiffre  annoncé par le rapport publié par la Ligue des Droits de l’homme et l’organisation ERRC

(European Roma Rights Centre) que l’on peut lire en annexe.

Plusieurs familles de Roms ont été évacuées par la police d'un squat qu'ils occupaient sur la place Cazemajou (15è)

Plusieurs familles de Roms ont été évacuées par la police d’un squat qu’ils occupaient sur la place Cazemajou (15è)

Sous le titre:  Recensement des évacuations forcées de lieux de vie occupés par des Roms ( ou des personnes désignées comme telles)  en France, ce rapport  confirme  une nouvelle fois  les propos du haut commissaire des Nations Unies  aux droits de l’Homme , Zeid Ra’ad Al Hussein : « Il apparait qu’il existe une politique nationale systématique d’expulsions de force des Roms » 

 

Ce travail repose sur une enquête précise auprès des associations et organismes qui, sur le terrain, tentent de venir en aide à ces familles.  Marseille et la région figure en “bonne place » dans ce sombre catalogue.

Expulsions-forcées-année-2015-final

Pièces jointes

Expulsions-forcées-année-2015-final Télécharger