Facebook Accueil

Rencontres Tsiganes

Archives par catégorie : 4. Nouvelles brèves

la condamnation de chasseurs de hérisson ! 30 mars 2007

{{{Ils braconnaient des hérissons pour les manger}}}

Crédit Photo : LCI . Les deux hommes verbalisés, issus de la communauté des gens du voyage, ont indiqué qu’ils faisaient jeûner les hérissons 24 heures avant de les manger.
. Les deux braconniers risquent jusqu’à six mois d’emprisonnement, 9 000 euros d’amende et la saisie de leur véhicule.
-LCI le 14/03/2007 – 11h03

Un étonnant type de braconnage a été mis au jour dans la Sarthe. Deux hommes, issus de la communauté des gens du voyage, ont été verbalisés pour trafic de hérissons qu’ils s’apprêtaient à manger. Dix-huit hérissons vivants ont été saisis par l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS).
Les techniciens de l’ONCFS ont été intrigués par le manège d’une voiture qui s’arrêtait puis redémarrait plusieurs fois de suite en bord de route, alors qu’ils effectuaient une mission anti-braconnage du lièvre et du chevreuil dans le sud du département, dans la nuit du 3 au 4 mars. « Nous avons trouvé 18 hérissons vivants dans le coffre de la voiture. Les deux hommes laissaient leur chien, spécialement dressé à la chasse au hérisson, fouiller le fossé et ne sortaient du véhicule que pour attraper l’animal rabattu », indique Julien Pioger, chef du service départemental.
9 000 euros d’amende
« Les deux hommes verbalisés, issus de la communauté des gens du voyage, ont indiqué qu’ils faisaient jeûner les hérissons 24 heures avant de les manger », ajoute-t-il. Les hérissons d’Europe, une espèce protégée, ont été relâchés dans la nature. Les deux braconniers risquent jusqu’à six mois d’emprisonnement, 9 000 euros d’amende et la saisie de leur véhicule.

L’avenir du KOSOVO : jeudi 12 avril 18h30 30 mars 2007

La CIMADE PACA
8 b, rue Jean-Marc Cathala
13002 – Marseille
Tel : 04 91 90 49 70

La Cimade vous invite à une information sur :
{{{
« les minorités au Kosovo »}}}

{2{jeudi 12 avril 2007, à 18h30,
à Espace, Accueil aux étrangers
22 rue Matthieu .Stilatti 13003 Marseille.}2}

La Cimade-Paca suit la situation de cette région depuis quelques années et a établi un
partenariat avec les Roms du camp de Leposavic, dans le nord du Kosovo. En septembre
dernier, trois membres de l’association sont allés à la rencontre des minorités Roms, Serbes,
Gorans de cette région ; ils apporteront leur témoignage.

Depuis juillet 1999, le Kosovo est administré par l’ONU et l’OTAN ; une décision sur son
futur statut doit être prise prochainement, alors que les parties en présence n’ont pu se mettre
d’accord et que la violence y est quotidienne. Le sort des minorités est tout particulièrement
inquiétant et pèse bien peu dans les négociations, tant l’enjeu de cette région est stratégique
pour les grandes puissances et particulièrement pour les Etats-Unis.

Bien peu médiatisée, cette région fera certainement parlée d’elle très prochainement et il est
important de s’informer et d’essayer de comprendre la situation et les enjeux.

Informer et former : Une attente toujours plus vive 30 mars 2007

{{{ Des réponses utiles à développer}}}

De plus en plus fréquemment on nous demande d’intervenir pour apporter nos connaissances et notre expérience sur la situation des tsiganes. Sans prétendre avoir réponse à tout, les documents écrits, les livres et les films que nous avons rassemblés mais aussi et surtout les contacts presque quotidiens que nous entretenons avec le tsiganes et en particulier les voyageurs nous permettent de témoigner de manière concrète et parfois de convaincre. A diverses occasions et en fonction des disponibilités lors de ces interventions nous y associons les tsiganes membres de notre association ou de notre réseau d’amis.

Ces interventions mobilisent du temps et de l’énergie, mais nous sommes convaincus qu’il ne s’agit pas de temps perdu. C’est en effet l’occasion de remettre en cause auprès de publics très variés bien des préjugés et des idées reçues. Nous recevons d’ailleurs presque toujours un accueil chaleureux. On notera au passage que le film que notre ami Roland Cottet n’a pas pris une ride et reste toujours un moyen irremplaçable d’aborder le sujet.

Quelques exemples des récentes interventions :

Ville de Bollène : deux jours de formation des personnels d’accueil.
-Centre de formation des agents des CAF
-Intervention auprès des militants du CCFD
Stage sur la discrimination organisé par l’ANGVC
-Participation à la journée de sensibilisation des jeunes du CCFD sur les Roms à Aubagne
– Intervention auprès du personnel hospitalier à la Timone à Marseille
Intervention auprès des élèves du Lycée agricole de Dignes

Un projet d’organisation dans les prochains mois avec l’ANGVC sur les nouvelles règles en matière de stationnement et d’urbanisme.
En fonction des disponibilités des uns et des autres nous sommes prêts à répondre aux diverses demandes qui pourraient nous parvenir.

des voeux 12 janvier 2007

{{{ {{[|2007|]}} }}}

En ce début d’année souhaitons que chacun d’entre vous trouve un peu de paix et de sérénité dans un monde porteur d’incertitude et parfois d’angoisse.

Plus que d’autres, le peuple des Roms Tsiganes, à sa manière, est à la recherche de cette paix et cette sérénité qui lui sont trop souvent refusées par la bêtise et parfois la haine qui le poursuit depuis des siècles

En cette nouvelle année, nous saurons, avec vous tous, poursuivre et développer nos luttes pour un monde plus juste et plus solidaire.

Rencontres Tsiganes

De bonnes lectures et des idées de cadeaux pour les fêtes 14 décembre 2006

{{{DE SABRE ET DE FEU de Marc TRILLAT}}}
aux édition du Cherche midi

Un roman réaliste et très vivant qui décrit avec tendresse les tsiganes d’aujourd’hui. Un cadeau pour faire plaisir.

{{{TSIGANES sur la route avec les roms Lovara
}}}
de JAN Yoors
éditions Phébus libretto

le récit d’un jeune hollandais accueilli par des tsiganes dans les années quarante. Un retour en arrière très étonnant.

{{{La revue PROJET}}} dans son numéro de novembre 2006 sous la rubrique : « acteur du monde » publie un remarquable interview de notre amie ALICE JANUEL (alias Georgette) présidente de l’ANGVC. Un article de Patrick William directeur de recherche au CNRS complète le témoignage d’ALICE.

Dans le numéros de novembre de {{{« Voisins et Citoyens en Méditérranée »}}} on peu lire un très beau reportage sous le titre « difficile voyage » sur les conditions d’accueil des Tsiganes dans la région .

Bonnes lectures et bonnes fêtes à tous

Encore le maire de COGOLIN 14 septembre 2006

{{{Le maire de Cogolin laisse les élus PS célébrer un mariage qu’il refusait}}}
Le 13/09/2006 à 05:27

Le maire UMP de Cogolin (Var) qui refusait, malgré l’avis favorable du parquet, de célébrer le mariage d’un couple franco-tunisien dont l’homme est en situation irrégulière, a changé d’avis mais chargera les élus de l’opposition de procéder à cette union, a-t-il annoncé mercredi.

Jacques Sénéquier est officiellement revenu mercredi sur sa décision lors l’audience des référés du tribunal de grande instance de Draguignan. A sa sortie, il a toutefois a affirmé aux journalistes que lui-même et les élus de sa majorité refusaient de célébrer ce mariage, laissant ce soin aux « élus socialistes et communistes ».

Devant le tribunal, il a concédé que la décision du procureur serait appliquée mais s’est étonné de ce qui lui apparaît être « une ineptie ». Selon lui, le futur époux, « en situation irrégulière, doit être reconduit à la frontière ».

Me Jamel Guesmi, l’avocat du couple, a souhaité que ses clients « soient réhabilités dans leurs droits d’administrés ». « Je vous laisse le soin d’ordonner le mariage sous astreinte », a-t-il plaidé insistant sur le préjudice moral de ses clients.

Le vice-procureur Dominique Luiggi a jugé que « le couple paraît animé d’une réelle intention matrimoniale ». Dans ses réquisitions, il a demandé au tribunal « de faire cesser la voie de fait que constitue le refus du maire au droit du mariage ».

Le tribunal a mis son jugement en délibéré au 27 septembre.

Les futurs époux qui assistaient à l’audience ont dit « leur confiance en la justice ».

Après trois années de vie commune, Jennifer Q., 22 ans, Française, et Mohamed L., 27 ans, Tunisien, avaient fixé leur mariage au 22 juillet.

Mohamed L. est entré en France en juin 2003, via l’Allemagne avec un visa d’étudiant Schengen. La préfecture du Var lui ayant refusé une carte de séjour, il a fait appel de la décision devant le tribunal administratif de Nice.

Les futurs époux avaient été entendus par un adjoint au maire de Cogolin qui avait conclu à l’absence de complaisance et émis un avis favorable à cette union.

Après enquête de la gendarmerie, le procureur de la République de Draguignan avait également indiqué au maire, le 12 juillet, que rien ne s’opposait à ce mariage.

Deux jours avant la cérémonie, le couple avait été informé qu’aucun élu ne voulait célébrer leur mariage.

Le 9 août, le procureur adjoint, Michel Raffin, avait écrit au maire pour qu’il lui communique les raisons de cette opposition. Il n’avait pas reçu de réponse.

Le maire avait finalement fait volte face le 11 septembre, faisant parvenir une lettre au parquet de Draguignan, annonçant qu’il acceptait finalement que le mariage soit célébré dans sa commune.

© 2006 AFP