Facebook Accueil

Rencontres Tsiganes

Archives du tag : Martigues

Roms de Martigues : Il obtient son diplôme et finit premier de sa session de formation 30 mai 2015

Un petit mot pour vous dire que nous avons ici une bonne nouvelle concernant un des Roms de Martigues que nous suivons depuis maintenant bientôt deux ans.
Ilie Z. vient d’obtenir son diplôme de chaudronnier à l’AFPA d’Istres.
Il a été classé 1er de sa session de formation.
Nous avons défini aussi des protocoles de formation (toujours avec l’AFPA d’Istres pour deux autres Roms de Martigues, un en mécanique et un autre en logistique)
Pour ce qui concerne plusieurs des femmes, nous envisageons de faire la même chose une fois que leur niveau de français deviendra acceptable – formation en entretien et à l’aide à domicile.

Ilie avec son diplôme

Ilie avec son tout nouveau diplôme

Pour le collectif Roms de Martigues
Georges FOURNIER

Le 24 avril 2015

Pièces jointes

A Martigues la mobilisation citoyenne semble avoir payé 10 novembre 2014

Le témoignage de Nanie

Les Roms ont vocation à s’intégrer…

png/les_Roms_a_martigues_.png

C’est ce que, à une échelle très localisée, vient de démontrer l’action menée à Martigues autour de quelques familles Roms, une quarantaine de personnes environ. Celles-ci ont squatté plus d’un an une maison désaffectée appartenant à l’Etat.
Rapidement, un collectif de soutien s’est constitué. Sa caractéristique ? Sa grande diversité[1], son ouverture totale à la citoyenneté, et sa volonté dès le début de conjuguer accompagnement concret des familles, et lutte idéologique contre les exclusions. De mêler participation assidue aux réunions avec les autorités et manifestations, devant la sous-préfecture, ou devant le tribunal. De considérer que les différences entre chrètiens et non croyants, syndicalistes, politiques, caritatifs et militants associatifs, loin d’être un handicap, étaient au contraire une source de richesse et d’efficacité.
Le collectif n’a jamais remis aux autorités, aux instances institutionnelles, le soin de régler le sort de ces familles. Au contraire, il a toujours considéré que l’action au grand jour, l’appel clair aux habitants, la publicité la plus importante possible étaient garants des succès.
Le collectif n’a ménagé aucun effort pour entourer ces familles des nécessaires solidarités qui seules pouvaient assurer leur protection. Pour contrecarrer l’argument de dangerosité de la maison mis en avant par les autorités, des subventions ont permis de refaire l’installation électrique jugée déféctueuse. Des poêles en conformité avec les normes ont été achetés, l’urgence de démolir la maison a été battue en brèche par une étude sérieuse du dossier autoroutier….parallèlement, des militant(e)s s’occupaient du suivi des enfants scolarisés, de l’obtention des cartes AME, des questions quotidiennes qui foisonnaient, on s’en doute.
Mais surtout, des manifestations publiques ont pu rassembler des participants en nombre, montrer la culture de ces personnes, les raisons de leur venue en France, leur grande humanité…Ce fut le cas de la soirée NOUS LES ROMS, à la MJC de Martigues, au mois de mars, et tout particulièrement de la venue de Eric Fassin, le 10 octobre, qui fut une étape décisive dans la période où tout était en train de se régler. Le collectif a participé, avec les familles, aux concerts organisés par RESF contre le racisme. Il a tenu un stand à la journée d’initiative citoyenne organisée par le collectif Front de Gauche de St Mitre….
Un appel à témoignages auquel des personnalités martégales ont répondu avec coeur, et une pétition, qui en 4 semaines a été honorée de 1100 signatures, ont marqué l’ampleur de l’élan de solidarité autour de ces personnes.
Aussi, malgré le jugement d’expulsion sans délai prononcé en décembre, la sous-préfecture a-t-elle proposé, devant un tel élan, de travailler avec le collectif et la mairie à trouver des solutions.
En huit mois, avec les efforts conjugués des trois parties, des résultats appréciables sont obtenus. Et ce sont aujourd’hui six familles de Roms qui sont en bonne position pour travailler, se loger, et ainsi vivre dignement dans notre ville. Même si nous déplorons que deux familles, sous les pressions des autorités, soient reparties en Roumanie, nous saluons les résultats obtenus.
Certes le comportement des familles Roms a beaucoup joué pour attirer les sympathies et les solidarités. Mais c’est aussi la richesse de ce collectif, étayé sur sa diversité et sa citoyenneté, qui a permis que tout au long de ce chemin délicat, les positions politiques adoptées et mises en oeuvre aient été solides, et suivies de ce succès.
Les réunions fréquentes, bruyantes, où chacune et chacun cherchait à apporter sa contribution, pouvaient présenter une apparente désorganisation. Pourtant, c’est grâce à cet investissement libre et généreux de chacune et de chacun que l’ensemble du collectif a pu jouer un rôle majeur.
Une bataille concrète, radicale, qui montre que lorsque les citoyens, les organisations s’emparent d’une cause et la servent sans arrières-pensées boutiquières, ils peuvent l’emporter.
Nanie Bellan, membre de Ensemble OEB, de la LDH, citoyenne du monde.

[1] Le collectif de solidarité aux Roms de Martigues comporte des citoyens engagés et les organisations suivantes : ASTI, CCFD-Terre-Solidaire, EELV, ENSEMBLE, FCPE, FSU Martigues, Ligue des Droits de l’Homme, N.P.A., P.G., R.E.S.F., Sud Education ; UL CFDT Martigues, UL CGT Martigue

Pièces jointes

Un rappel à la loi pour le Maire de Martigues 15 juin 2006

{1{communiqué de presse}1}

Voilà un peu plus d’un an la Ligue des Droits de l’Homme, Rencontres Tsiganes, Ensemble Citoyen et le MRAP réagissaient fermement aux propos tenus par M. Lombard, Maire de Martigues, à l’encontre des gens du voyage et des tziganes.

M. Lombard n’ayant pas cru utile de revenir publiquement sur ses déclarations, le MRAP avec le soutien des autres organisations a déposé une plainte simple pour provocation à la haine raciale et à la violence raciste.

M. le Procureur du Tribunal de Grande Instance d’Aix en Provence vient de nous informer qu’il avait adressé à M. Lombard un rappel à la loi (mesure alternative à des sanctions pénales.)

Nous prenons acte de cette décision. Nous demandons à M. Lombard de ne plus renouveler de tels propos et agissements qui par ailleurs sont totalement en contradiction avec les idées qu’il défend.

Nous restons vigilants pour lutter contre les propos et écrits racistes d’où qu’ils viennent.

Nous voulons également souligner, que si la ville de Martigues a réalisé, il y a plus de dix ans, une aire d’accueil des gens du voyage celle ci doit faire l’objet de travaux de remise en état pour être conforme à la nouvelle réglementation.
Il est aussi malheureusement vrai que de nombreuses communes ou intercommunalités des Bouches du Rhône n’ont encore mis en œuvre aucun projet d’aménagement.

L’absence de ces terrains et d’aires de grand passage ne peuvent qu’entraîner des conflits, nous partageons l’impatience grandissante des familles de voyageurs.

Il est urgent que l’Etat et son représentant M. le Préfet des Bouches du Rhône prennent leurs responsabilités, en réunissant notamment, au plus vite, la commission départementale et en établissant un programme d’action en concertation avec les représentants des gens du voyage.

Ligue des Droits de l’Homme
Rencontres Tziganes
Ensemble Citoyen
Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples