Facebook Accueil

Rencontres Tsiganes

Archives du tag : Saliers

Cérémonie du 23 Mai 2015 au Camp de Saliers 30 mai 2015

Ce samedi matin, par un fort mistral, au milieu de la Camargue sauvage, nous étions plus d’une centaine venus de tous les horizons à nous retrouver pour un moment de recueillement et d’amitié autour du Mémorial de Saliers.

Rappel de l’histoire de ce camp, témoignages, lecture de noms des morts en présence de nombreux descendants, dépôts de gerbes et chants.
Nous étions six représentants de l’association Rencontres Tsiganes à cette cérémonie pour montrer par notre présence aux nombreux représentants de la communauté Tsigane, notre solidarité et notre soutien.

Saliers-2015-1

Tous les descendants de familles internées au Camp de Saliers de 1942 à 1944, et présents samedi au Mémorial, ont posé dignement, en mémoire de tous ceux et celles qui ont vécu, souffert ou sont morts ici. (©Photo André Luzy)

La veille, lors de l’assemblée générale annuelle de l’ANGVC (Association Nationale des Gens du Voyage Catholiques) Nelly DEBARD avait été élue présidente. Nous la félicitons pour cette désignation et nous lui souhaitons courage et détermination pour mener à bien cette mission et poursuivre le combat pour le respect des droits.

Saliers 2015

Pièces jointes

Commémoration à Salier 5 juin 2014

André LUZY a représenté Rencontres Tsiganes à la manifestation annuelle du souvenir au camp de Salier.  A l’occasion du pèlerinage des Saintes-Maries, de nombreux tsiganes, gitans et voyageurs se retrouvent en effet autour de ce monument érigé en Camargues pour rappeler l’emprisonnement par le régime de Vichy des tsiganes durant la guerre de quarante.

jpg/Salier_3_2014.jpg

 

jpg/Salier_2_2014.jpg

 

jpg/Salier_1_2014.jpg

 

Pièces jointes

A Salier, un travail de mémoire utile 3 février 2006

{1{INAUGURATION DU MÉMORIAL DU CAMP DE SALIER}1}

ARLES LE 2 février 2006

Nous avons vécu tout au long de cette journée en Camargue des moments forts, chargés d’émotion.
Sur cette petite route qui mène à Saliers, interdite à la circulation pour l’occasion, la foule était nombreuse à se regrouper sur la route même, balayée par un mistral glacial – ce qui laissait certains imaginer les conditions de vie endurées par les habitants du camp, souvent sans vêtements, sans eau, sans électricité, dans des cabanes sans plancher ni plafond avec une porte constamment ouverte, il y a plus de 60 ans…

C’est l’hymne tzigane – Djelem,djelem – joué et chanté par trois musiciens guitaristes, qui a ouvert la cérémonie. Les discours officiels ont suivi. Celui de Michel Vauzelle, président du Conseil Régional, entouré de deux jeunes garçons tziganes, et celui du Sous-Préfet incitant les élus à réaliser des aires d’accueil, se sont révélés les plus porteurs d’espoir.
Un grand regret : celui de ne pas avoir entendu la voix des Tziganes eux-mêmes !
(il se murmure que les organisateurs ne l’auraient pas souhaité, les Tziganes ne sachant pas parler…).

Après le pot de l’amitié à Saliers, tout le monde se retrouvait – ou presque – à 15 heures dans la salle d’honneur de l’Hôtel de Ville d’Arles. Cette même salle dans laquelle, il y a 64 ans, le 25 mars 1942, un conseil interministériel décidait la création du camp…
Les intervenants de ce Colloque ont alors évoqué, raconté, l’histoire du camp, de sa construction (inachevée) à sa destruction. Leçons d’histoire pour un avenir incertain… Les questions de la salle montraient bien l’intérêt du public pour cette manifestation.

Enfin, rendez-vous en fin d’après à l’Espace Van Gogh, pour l’inauguration de l’exposition de Mathieu Pernot sur le Camp de Saliers (Archives Départementales des Bouches du Rhône).

Les médias nombreux sur cet événement (France 3, M6, France Bleu, presse écrite…) ont beaucoup écouté les Tziganes présents : Saimir Mile, président de La Voix des Roms, Esméralda Romanez, présidente de Samudaripen, Pipo venu de Paris, et tant d’autres…
Que leurs paroles, leurs témoignages, demeurent longtemps dans nos coeurs et nos consciences…
Puisse ce Mémorial interpeler les gadjé voyageurs sur cette petite route de Camargue !

Je joins à ce bref résumé quelques premières images… L’ensemble des photos sera mise en ligne -pour ceux qui le souhaiteraient – dès mon retour de Paris, la semaine prochaine.

Amitiés.

André. LUZY

Inauguraton d’un stèle au camps de Salier 14 janvier 2006

{1{Pour que personne n’oublie les Tziganes internés dans le Camp de Saliers, au cœur de la Camargue, et dont il ne reste rien aujourd’hui,}1}

un MEMORIAL sera inauguré le JEUDI 2 FEVRIER 2006, à 10 heures, sur le lieu même du camp

Le projet qui date de 3 ans, soutenu par la ville d’Arles, le Conseil Général (13), le Conseil Régional (Paca) et l’Office national des anciens combattants, a pu être mené à terme grâce à l’Association pour la Création du Musée de la Résistance et de la Déportation, avec le concours des associations patriotiques de la ville d’Arles et les communautés gitanes.

Ce Mémorial rendra hommage aux quelques 677 Tziganes internés dans ce camp entre 1942 et 1944. La stèle représente deux portes entrouvertes où se découpent trois silhouettes. Elle est l’œuvre du sculpteur arlésien, Jean-Claude Guerri.

Cette journée du 2 février sera entièrement consacrée à cette triste période de notre histoire, avec notamment un Colloque sur la déportation en Mairie d’Arles à 15 heures, et une exposition (qui se poursuivra jusqu’au 15 février) à l’Espace Van Gogh  »Un camp pour les Tziganes, Saliers, 1942-1944 », prêtée par les Archives Départementales des Bouches-du-Rhône.

Lors de sa prochaine réunion, le Conseil Municipal d’Arles prendra une délibération pour  »exprimer notre voeu que la déportation tzigane soit enfin reconnue officiellement »…

C’est le 25 mars 1942 que la création du camp de Saliers fut décidée par le sous-Préfet d’Arles. Le gouvernement de Vichy voulait faire de Saliers un  »camp modèle », dessiné par l’architecte des Monuments Historiques… Le chantier sera inachevé, sans eau et sans électricité. C’est ici que, du 15 juin 1942 au 17 août 1944, seront entassés 677 Tziganes, dans des conditions de vie indignes.
Avant sa démolition totale, ce camp avait servi de décor au célèbre film d’Henri-Georges Clouzot  »Le salaire de la peur ».