Facebook Accueil

Rencontres Tsiganes

Un centre de ressource qui démarre fort 10 avril 2011

 Le 4 avril dernier  une cinquantaine d’amis  se sont retrouvé au 34 Cours Julien à Marseille pour inaugurer officiellement ce Centre de documentation et d’information animé par Caroline GODARD . 

 Déjà de nombreuses demandes nous parviennent et le programme  d’activité se remplit.  Une nouvelle plaquette d’information sur Rencontres Tsiganes est disponible. dans les prochains jours des interventions sont prévues à Aubagne, Dignes , Rians  etc…    
 
 

Roms : un centre de documentation pour « changer le regard de l’autre »

Publié le 5 avril 2011
par Myriam Mounier
Un centre régional de ressources et de documentation sur les cultures tsiganes vient d’ouvrir ses portes au cœur de Marseille, cours Julien. Inauguré hier, ce tout nouveau lieu, imaginé par l’association Rencontres Tsiganes est blotti au sein de la Maison Méditerranéenne des Droits de l’Homme (MMDH). L’endroit vise à faire découvrir et valoriser la culture Rom.
 
JPG – 82.7 ko
 
Ce centre régional de ressources et de documentation est défini comme un repère. Ce lieu d’informations, d’échanges, fonctionnel depuis le 1er février dernier peut se révéler être un outil de sensibilisation à la connaissance de l’autre. Ce nouvel espace a une portée symbolique selon Sasha Zanko, délégué national du Forum Européen des Roms et des Gens du Voyage. Avec ce centre, « on ouvre un regard différent. On obtient le droit d’exister, on affiche ce que nous sommes, on affiche notre identité. Elle doit être respectée » s’enthousiasme ce responsable à la fois français et Rom –sa famille est venue des pays de l’Est, la Russie en particulier.
 
« L’ignorance, c’est l’obstruction à la rencontre de l’autre »
 
Ces vingt dernières années, Sasha Zanko, par ailleurs président de l’association « Tchatchipen » (qui signifie en romani, « vérité, authenticité ») à Toulon et trésorier de l’Union Française des Associations Tsiganes (UFAT) observe « une progression dans la prise de conscience des Roms à faire valoir leurs différences auprès des non Roms ». Ce constat peut être un effet miroir si les associations oeuvrant dans la lutte contre les discriminations font « l’effort d’expliquer. L’ignorance, c’est l’obstruction à la rencontre de l’autre. Un mur qu’on ne veut pas abattre » se persuade Sasha Zanko.
 
Pour lutter contre l’ignorance et ouvrir le dialogue, des associations comme « Tchatchipen » ou « Rencontres Tsiganes », basée à Marseille tentent d’établir des liens entre les tsiganes et les gadjés (les non-Roms). Trois objectifs animent en particulier cette dernière association, présidée par Alain Fourest : informer les pouvoirs publics de la réalité des besoins des tsiganes, faire reconnaître et appliquer la législation les concernant, provoquer des occasions de rencontres, de débats. Le festival Latcho Divano –jusqu’au 9 avril- répond au mieux à cette dernière préoccupation.
JPG – 69.1 ko
 
Expulsion à Mazargues sur fond de festival Latcho Divano
 
Néanmoins, après huit ans de travail de terrain auprès des gens du voyage, les multiples tentatives lancées auprès des administrations n’ont semble-t-il pas convaincu, reconnaît le président Fourest. Les actions n’ont pas débouché sur des solutions viables. La priorité est peut-être ailleurs selon Alain Fourest, convaincu qu’il est préférable d’ « alerter l’opinion publique, de se battre contre les idées préconçues ».
 
On pense à l’expulsion de 40 familles expulsées prochainement à Marseille, dans le quartier de Mazargues. Le même jour de l’inauguration du centre régional, « Rencontres Tsiganes » nous invitait à rencontrer ces familles. Depuis plus de 40 ans pour les plus anciennes, elles sont installées sur un terrain municipal, avenue Delattre de Tassigny. Elles règlent un loyer à ADOMA, gestionnaire du site pour la Ville de Marseille. Aujourd’hui, « la seule réponse par le gestionnaire à la demande de la mairie en invoquant le risque d’insécurité, c’est une assignation au tribunal pour expulsion et démolition des chalets et des mobile-homes. Un premier jugement en date du 25/11/2010 a ordonné leur expulsion » dénonce le tract de « Rencontres Tsiganes ».
 
Journée internationale des Roms le 8 avril
 
Par ce centre, le responsable de « Rencontres Tsiganes » espère « changer le regard de l’autre » en se donnant « un minimum de moyens d’informations ». Caroline Godard, documentaliste assure les permanences du centre hébergé par la MMDH. L’existence de ce centre ne fut pas chose facile, « il a fallu un an pour convaincre les pouvoirs publics ».
 
En attendant de découvrir le centre, le public peut vivre les derniers événements du festival « Latcho Divano » avec notamment en point d’orgue la journée internationale des Roms. Sasha Zanko évoque le 40e anniversaire (8 avril 1971, les Roms ont choisi les symboles de leur communauté ainsi que leur drapeau et leur hymne). « Romano Dives » rythmera ce vendredi 8 avril, square Léon Blum, devant la mairie des 1e/7e arrondissements. Le parrain du festival, Alexandre Romanès, directeur du Cirque Romanès sera présent. Rencontres débats, théâtre, performances, musique se succéderont. « Romano Dives » se terminera par un concert exceptionnel avec la venue du groupe tsigane, « Traio Romano ».
 
Un centre, un festival…juste pour porter un regard différent…
 
Festival des cultures tsiganes, Latcho Divano, jusqu’au 9 avril, site http://www.latcho-divano.com
 
« Rencontres Tsiganes », 43 rue Vendôme, 13007 Marseille, email rencontrestsiganes@wanadoo.fr, site http://www.rencontrestsiganes.asso.fr
 
Centre de ressources et de documentation, 34 cours Julien, 13006 Marseille, tél 07 86 96 65 22, email : crd.rencontrestsiganes@gmail.com, horaires, lundi, mardi, mercredi de 14h à 18h et sur RV
 
 
 
 

 

Pièces jointes