Facebook Accueil

Rencontres Tsiganes

Archives par catégorie : Culture/Histoire

Autres cultures, Autres revues, 1 & 2 décembre, bibliothèque de l’Alcazar à MARSEILLE 23 novembre 2017

Vendredi 1 décembre et samedi 2 décembre, la bibliothèque de l’Alcazar à Marseille accueille :

AUTRES CULTURES, AUTRES REVUES – Le salon des revues plurielles et de leurs amies.

Invité d’honneur, Patrick Chamoiseau

La Revue Etudes tsiganes sera présente à cette manifestation.

Marie-Claude Vachez lira des poèmes de Papusza.

Pièces jointes

Exposition NOMAD à Marseille 20 octobre 2017

 

Une invitation du centre social de l’aire d’accueil de Saint Menet à Marseille :

Madame, Monsieur,

Dans le cadre de ses missions auprès des personnes issues de la communauté des Gens du Voyage, le centre social de Saint-Menet s’est investi dans la réalisation d’un photo-reportage.

Cette œuvre photographique, réalisée entre avril 2016 et août 2017, oscille entre réalisme et grâce, et témoigne du quotidien de l’aire d’accueil des Gens du Voyage de Marseille.

L’implication de l’équipe éducative du centre social, la pertinence et la passion d’une photographe (Vanessa Nessren) ainsi que le soutien de la C.A.F des Bouches du Rhône et de la galerie d’art « Les Voûtes Virgo » nous permettent aujourd’hui de vous convier au vernissage de l’exposition NOMAD.

Ce vernissage aura lieu le jeudi 26 octobre,

 Voûte Virgo,

12 quai de la Tourette,13 002 Marseille

A partir de 18H30 

Veuillez trouver en pièce jointe un descriptif de l’exposition.

Comptant sur votre soutien, nous vous adressons nos sincères salutations.

Centre social CCO St Menet                                                                                                                                                                       Les Voûtes Virgo

Accueil : 06.33.95.76.86                                                                                                                                                                            Highlights info row image  06 45 84 82 58

Frédéric Gaillot : 07.82.87.56.70                                                                                                                                                               https://www.facebook.com/VouteVirgo/

Texte descriptif de l’exposition NOMADAffiche

Pièces jointes

Texte descriptif de l'exposition NOMAD Télécharger
Affiche Télécharger

Actualité du bidonville – Numéro de la Revue Urbanisme 20 octobre 2017

La Revue Urbanisme vient de publier son dernier numéro qui contient un dossier intitulé « Actualité du bidonville« . Il contient 25 articles sur le sujet, écrit par des architectes, sociologues, anthropologues,  urbanistes, photographes, politologues…
Un article est écrit par les salariées de la coordination du CNDH Romeurope avec Samuel Delépine, géographe :

« Bidonville : un point aveugle de la politique de la ville ? »Cet article questionne le lien entre les bidonvilles et la politique de la ville, à l’aide d’une cartographie superposant les quartiers prioritaires et 68 bidonvilles et squats installés entre 2012 et 2015 sur le territoire de Plaine Commune (93).

Voilà quelques morceaux choisis :

« La superposition des cartes faite par Samuel Delépine et Sigrid Giffon montre que, si certains bidonvilles sont au cœur de quartiers prioritaires, la majorité d’entre eux les entourent, les contournent, les encerclent… Des poches de précarité à la lisère de quartiers eux-même précaires. » […] 

« La dernière réforme de la géographie prioritaire en 2013 a négligé les bidonvilles et leurs habitants. Ils sont de fait délaissés par les personnes en charge de la politique de la ville à l’échelle locale. Les bidonvilles ne sont pas pris en compte ni dans les recensements obligatoires ni dans les diagnostics PDHALPD. Pas vu, pas pris ? Ne pourrait-on pas partir du principe que le bidonville est un symptôme d’une extrême précarité, qui entre de fait dans les compétences de la politique de ville ? Pourrait-on imaginer des ponts entre les dispositifs politique de la ville et les bidonvilles ? ». 

La Revue Urbanisme est disponible à l’achat sur ce site : https://www.urbanisme.fr/sommaire-406

 

https://www.urbanisme.fr/sommaire-406

Du bidonville à la ville : une exposition proposée par l’association AREA à Montpellier 20 octobre 2017

L’association AREA a le plaisir de vous inviter au vernissage de l’exposition « Du bidonville à la ville » conçue en partenariat avec le Centre d’Art La Fenêtre et le laboratoire de sociologie de l’Université Paul Valéry, avec le soutien de la Fondation Abbé Pierre et de La Cimade. Le vernissage aura lieu le 26 octobre à 18 heures.  Il sera suivi le 20 novembre
à 19 heures d’une table ronde. Pour plus d’informations, voir ci-dessous.Cette exposition est destinée à circuler, n’hésitez pas à nous contacter après le 22 décembre pour organiser son déplacement plus près de chez vous!A très bientôt,


N’hésitez pas à contacter Catherine Vassaux pour toute information complémentaire: « Catherine Vassaux catherine.vassaux »@area-asso.org

Rassemblement annuel des Tsiganes évangélistes. 20 septembre 2017

Près de 30 000 personnes, ce qui représente plus de 6 000 caravanes,  se sont rassemblées du 27 août, date d’ouverture du site, au dimanche 3 septembre, sur l’ancienne base aérienne militaire de Grostenquin (Moselle), pour la convention estivale du mouvement pentecôtiste « Vie et lumière ».

 

 

 

Gens du voyage à Grostenquin : l’organisateur regrette le « manque de collaboration » des élus locaux

Par Clément Lhuillier, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu Sud Lorraine lundi 21 août 2017 à 18:52

 

Les préparatifs du grand rassemblement de gens du voyage à Grostenquin ont débuté sur la base aérienne. Avant l’ouverture des portes aux caravanes, mercredi matin, le pasteur Joseph Charpentier, organisateur du rassemblement, s’exprime sur l’hostilité des élus et des riverains.

L’entrée de l’aérodrome de Grostenquin est pour le moment solidement gardée par les gendarmes. Seuls sont autorisés à entrer, les organisateurs de l’association Vie et Lumière et quelques prestataires extérieurs venant livrer du matériel pour l’installation du grand rassemblement de gens du voyage qui, officiellement, débute dimanche 27 août. Mais la base ouvrira ses portes dés mercredi pour accueillir les premières caravanes qui stationnent déjà un peu partout dans la région. Entre 20.000 et 25.000 personnes doivent participer à ce rassemblement évangélique, le troisième sur l’aérodrome de Grostenquin depuis 2006. Un événement que les élus et les riverains ont tenté par tous les moyens de faire annuler, en vain. Le pasteur Joseph Charpentier, responsable de l’association Vie et Lumière et organisateur de l’événement regrette cette attitude. C’est devant les grilles de la base que nous avons pu le rencontrer.

Comment se passe l’installation ?

Très bien. Depuis trois jours nous installons des glissières de sécurité et des grumes sur la piste pour faire ralentir les véhicules qui y circuleront. Nous installons les sanitaires et les derniers éléments pour que tout soit prêt à l’ouverture. Il faut acheminer beaucoup de matériel pour sécuriser les 120 hectares du site. Et ce n’est pas avec l’argent du contribuable ! L’association (Vie et Lumière) prend financièrement en charge le nettoyage, l’enlèvement des déchets, les pompiers, la Croix-Rouge… Cela représente plusieurs milliers d’euros. Et quand j’engage mon nom au bas d’un contrat, j’honore toujours mes engagements.

Avez-vous de bonnes relations avec les autorités ?

Oui, particulièrement avec la préfecture de la Moselle qui nous a aidé à mettre en œuvre et à préparer ce rassemblement. Nous avons une bonne collaboration et c’est comme cela que nous devons travailler, pas en faisant la politique de l’autruche. Je pense aux maires bien-sûr. Ce comportement de ne rien vouloir faire, de ne rien vouloir organiser avec nous, de ne pas venir aux réunions, ce n’est pas responsable.

Je regrette l’attitude des maires

Vous n’échappez pas, à nouveau, à la défiance des riverains…

Cela ne nous a pas échappé en effet. Nous sommes des gens du voyage, partout où nous passons il y a du rejet. Mais je crois qu’il y a eu une médiatisation disproportionnée par rapport à ce qui s’est passé en 2015. Bien-sûr, il y a eu quelques champs souillés par des détritus et quelques routes abîmées. Mais ce n’est pas la fin du monde. Et on peut remédier à tout cela. C’est pour cela que je regrette l’attitude des maires. J’aimerais préciser aussi que j’ai fait une demande à l’Etat pour avoir un lieu de rassemblement, et c’est l’Etat qui nous a imposé Grostenquin. L’association n’a pas spécialement demandé Grostenquin. Il est de plus en plus difficile pour nous d’organiser nos rassemblements, parce que de nombreuses communes ne respectent pas leur obligation de disposer d’aires de grand passage.

Avez-vous réellement envisagé d’acheter le site ?

Non, et je tiens à rassurer la population, les maires, les députés et les sénateurs de la région, il n’en est pas question pour nous, cela ne nous intéresse pas.

 

Pièces jointes

Le mémorial du camp de Saliers à ARLES profané 20 septembre 2017

 

Une croix gammée a été peinte sur la stèle du mémorial du camp tzigane de Saliers, un camp de concentration longtemps oublié en Camargue, près d’Arles (Bouches-du-Rhône).  Les associations
du Mémorial des Nomades de France ont annoncé avoir porté plainte contre les auteurs de la récente profanation du mémorial de ce camp et contre le maire d’Arles pour non-dénonciation de ces faits.

Pièces jointes

A Arles, avec Mathieu PERNOT et la famille Gorgan 9 juillet 2017

Le photographe Mathieu PERNOT nous revient à Arles,  ville dont il est originaire, et où il a créé, durant 20 ans avec la famille GORGAN,  des relations  de confiance et d’amitiés .

A l’occasion des Rencontres Internationales de la Photographie, plusieurs articles et reportages décrivent la vie quotidienne de cette grande famille de Tsigane-Manouche  à la réputation un peu sulfureuse.  Grace au travail de ce photographe, respectueux  de la dignité de ceux qu’il mets en scène, la grande familles des Tsiganes , Gitans , Manouches et autres voyageurs  peut redresser la tête et  revendiquer le respect de leurs origines et de leurs  cultures .

Pièces jointes

Un important avis de la CNCDH 24 avril 2017

Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme (Extraits)
Situation des « gens du voyage » et des roms migrants

Les questions relatives aux « gens du voyage

CNCDH gens du voyage

 

30/03/17 – Rapporteur national indépendant sur la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie, la CNCDH rend chaque année un rapport dans lequel elle dresse un état de lieux du racisme sous toutes ses formes et des moyens de lutte mis en œuvre par les Institutions de la République et la société civile.

Pièces jointes

CNCDH gens du voyage Télécharger

LA CULTURE dans tous ses états. 24 mars 2017

 

Rendons ici hommage à cette équipe de bénévoles qui depuis 10 ans a affronté tous les obstacles pour nous proposer une nouvelle fois une quinzaine riche en émotions, en débats, et en découvertes sur la culture tsigane d’ici et d’ailleurs. Le festival LATCHO DIVANO est de retour, plus riche et plus diversifié que jamais. :

 

Demandez le programme. Il y en a pour tous les goûts   !!!! www.latcho-divano.com

 

 

La présentation de ce programme à la friche de la Belle de Mai à Marseille a donné lieu à une visite commentée de l’exposition consacrée à l’œuvre de l’artiste Rom autrichienne CEIJA STOJKA. Récemment découverte, cette peintre “naïve“ exprime à sa manière, tout autant les horreurs des camps nazis que sa joie de vivre. Une visite à la friche s’impose absolument avant le 16 avril. Les œuvres complètes feront l’objet d’une rétrospective à Paris, dans un an, à la “Maison Rouge“.

 

La connaissance des “autres cultures“ et de la “culture des autres“ est cœur du projet de l’association Rencontres Tsiganes qui, dans son centre de ressources, 34 cours Julien à Marseille,  rassemble à destination du public une documentation complète (Livres, revues, films, vidéos, photos etc..) sur les cultures tsiganes à travers le vaste monde. : « Dans son sens le plus large, selon l’UNESCO, la culture peut aujourd’hui être considérée comme l’ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société un groupe social. Elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l’être humain, les systèmes de valeur, les traditions et les croyances. » Dans le langage courant, l’expression ‘culture tsigane’ peut donc être pris pour inadaptée car elle fait quasi exclusivement référence à l’offre de pratiques culturelles,  rejetant ainsi dans un autre débat ce réservoir commun constitué de manières distinctes de penser, d’agir et de communiquer.

 

Cette conception de la culture a été partagée par la Ministre de la culture Audrey AZOULAY. Le 22 septembre 2016 elle a cosigné avec les représentants des associations de Tsiganes et Gens du Voyage une charte d’objectifs culture qui se donne pour but : « modifier le regard que la société porte sur les minorités culturelles qui la composent : prévention du rejet, lutte contre la discrimination, l’intolérance et le racisme …. »

 

Reste à donner une signification concrète à ces louables intentions et à mobiliser sur le terrain tous ceux : acteurs de la vie culturelle, artistes, et militants associatifs pour que la culture soit, au-delà d’un festival,  au centre de notre projet de vivre ensemble.

 

Marseille le 20/03/2017

 

Alain FOUREST

http://www.telerama.fr/scenes/ceija-stojka-l-artiste-rom-rechappee-des-camps,155471.php

 

Pièces jointes