Facebook Accueil

Rencontres Tsiganes

Archives par catégorie : Accès aux Droits

Expulsions 2018 de bidonvilles et squats : une histoire sans fin ! 28 mars 2019

En 2018, près de 9 000 habitant.e.s de bidonvilles et de squats ont été expulsé.e.s de 171 lieux de vie, pour la grande majorité sans solutions satisfaisantes d’hébergement ou de relogement. Aujourd’hui, à quelques jours de la fin de la trêve hivernale, le CNDH Romeurope communique sur le bilan des expulsions intervenues en 2018 et interpelle les pouvoirs publics ! L’objectif ? Encourager un changement de pratiques en vue d’une résorption durable des bidonvilles et des squats via l’insertion de leurs habitants ! 

Dans le cadre de cette interpellation, vous trouverez : 

  • Le communiqué de presse du CNDH Romeurope en PJ, ci-dessous et sur le site internet
  • Une note d’analyse, avec des informations plus détaillées sur les expulsions en PJ et sur le site internet
  • Des graphiques permettant de visualiser facilement quelques informations « clés » en PJ
  • La tribune parue le 16 mars dans le JDD intitulée « Bidonvilles : il faut décréter l’urgence sociale !« . Cette tribune est co-signée par plusieurs structures et responsables associatifs, dont Nathalie Godard Présidente du CNDH Romeurope, et certain.e.s d’entre vous. 

Pièces jointes

- Expulsions bidonvilles squats 2018 - Note détaillée -VF Télécharger
Communiqué Expulsions bidonvilles squats 2018 -VF Télécharger

L’éternelle rumeur… 28 mars 2019

Une camionnette blanche, des « Roms » à son bord qui enlèvent des enfants pour les livrer à la prostitution ou pour du trafic d’organes …

Le scénario est, hélas, toujours le même. La folle rumeur se répand, à nouveau, ces jours ci, en banlieue parisienne déclenchant des actes d’une violence inouïe, à l’égard des populations roms ou supposées telles, vivant en squat et bidonville.

En 2008, à Marseille, c’est un texto qui avait déclenché cette même rumeur. Trois jeunes roumains avaient failli être lynchés à la cité de la Bricarde.

Il faut dénoncer, combattre inlassablement de tels agissements qui révèlent un racisme, une haine de l’autre dont les Roms sont, aujourd’hui, les principales victimes.

Pièces jointes

Des aires d’accueil « 4 étoiles » ! 28 mars 2019

Aire d’accueil de Saint-Menet

« Dans un contexte de rigueur budgétaire…On ne peut pas faire des aires d’accueil 4 étoiles pour les gens du voyage – même si je ne suis pas contre – et d’autre part voir nos administrés qui souffriraient d’équipements au rabais. »

C’est ce qu’a déclaré le maire de Lambesc lors de la délibération portant sur le lancement de la déclaration d’utilité publique (DUP) relative à l’aire d’accueil des gens du voyage. Laissant ainsi entendre que, dans un contexte plus favorable, on aurait pu le réaliser !

https://www.laprovence.com/article/edition-aix-pays-daix/5423587/joissains-je-ne-marche-pas-a-la-carotte-et-au-baton.html

Une proposition de formation de Rencontres tsiganes 28 mars 2019

Rencontres tsiganes propose une formation, destinée à tous les publics, sur 3 jours, intitulée : Migrants d’origine rom/tsigane : quels accompagnements pour quels projets ?

Vous trouverez ci joint le dépliant de présentation, le déroulé de la formation et les modalités d’inscription.

Pièces jointes

PROGRAMME FORMATION 2019 MIGRANTS ROM Télécharger
Formation Rencontres tsiganes Télécharger
FORMATION - Bulletin d'inscriptionRT2019 Télécharger

L’aire d’accueil de Saint-Menet enfin réouverte ! 17 juillet 2018

 

On n’y croyait plus ! On se demandait quelle nouvelle raison allait être invoquée pour retarder la réouverture de l’aire d’accueil ! Au bout de 14 mois, l’aire a pu enfin accueillir, de nouveau, des voyageurs, mais les travaux réalisés sont bien en deça de ce que l’on pouvait espérer.

Merci à Lisa Castelly de Marsactu d’avoir suivi ce dossier tout au long de l’année.

marsactu-a-saint-menet-les-gens-du-voyage-retrouvent-le-triste-ordinaire-de-leur-aire-daccueil

Pièces jointes

marsactu-a-saint-menet-les-gens-du-voyage-retrouvent-le-triste-ordinaire-de-leur-aire-daccueil Télécharger

Incendie volontaire dans un bidonville à Grenoble 17 juillet 2018

Dans la nuit du 9 au 10 juin 2018, un groupe d’habitants a volontairement mis le feu à un bidonville qu’occupaient, depuis quelques mois, des familles originaires de Roumanie. Celà s’est déroulé dans l’indifférence générale !

On est loin du déchainement médiatique qu’avait suscité un évènement similaire, à Marseille, en septembre 2012. A l’époque, des élus s’étaient exprimés. Certains avaient, certes, condamné de tels agissements mais aussitôt ajouté qu’ils « comprenaient » que l’on puisse commettre de tels actes ! Honte à eux !

 

Communiqué sur les incendies volontaires à Grenoble

Rencontres nationales CNDH Romeurope – Bordeaux 17 juillet 2018

 

Les 9 et 10 juin 2018 se sont tenues, à Bordeaux, les rencontres nationales de Romeurope. Ces journées sont toujours riches d’échanges et de rencontres. Au coeur des débats, cette année, la question de l’empowerment , abordée sur son angle théorique en introduction par Adeline de Lépinay et ensuite incarnée par d’excellents intervenants, notamment Leonard Velicu de Bordeaux, Anina Ciuciu, Vijai et Bodgan de Arles, Liliana Hristache de Montreuil, Ionut Stan de Toulon, des volontaires en service civique des Enfants du Canal et d’autres… L’interprétariat professionnel assuré par une ancienne bénévole de MDM le samedi après-midi et le dimanche matin ont permis une participation accrue des personnes concernées aux échanges, qui étaient plus nombreux que les précédentes rencontres nationales de Romeurope.

Au cours de l’Assemblée générale qui a eu lieu le samedi 9, a eu lieu l’election des nouveaux membres conseil d’administration. Rencontres tsiganes qui s’était portée candidate a été élue. Nous nous réjouissons de cette opportunité de travailler encore plus étroitement avec les membres de Romeurope.

Pièces jointes

Revue Etudes tsiganes 17 juillet 2018

 

Gens du voyage, des habitants ignorés, c’est le titre du dernier numéro de la revue Etudes tsiganes.

Comme le rappelle Laurent El Ghozi dans son éditorial, « Les situations vécues en France par les gens du voyage, leurs besoins et aspirations, restent dramatiquement sous documentés, cause et conséquence de leur persistante invisibilité dans la programmation publique. Perçus comme à part de la société par près de 70% des Français, les gens du voyage sont effectivement tenus en marge de nombreux dispositifs de l’action publique, mais aussi des initiatives associatives et citoyennes. A ce phénomène s’ajoute une exclusion territoriale fondée sur une assignation sous-entendue à l’itinérance ; confondant mode de vie en habitat mobile et réalité d’itinérance. Ainsi les gens du voyage ne seraient vraiment jamais d’ici mais plutôt d’ailleurs. Il en résulte finalement une absence cruelle de reconnaissance de la qualité même d’habitant de ces personnes »

 

Vous pouvez commander en ligne ce nouveau numéro ainsi que les anciens encore disponibles : http://www.etudestsiganes.asso.fr/panier.html

Pièces jointes

Pauvres à Marseille : un besoin urgent de fraternité ! 17 juillet 2018

 » Un mal qui répand la terreur,
Mal que le Ciel en sa fureur
Inventa pour punir les crimes de la terre
La PAUVRETE (puisqu’il faut l’appeler par son nom)… »
Pas sûr que Philippe Langevin voulait parodier Jean de la Fontaine en nous livrant ce document remarquable d’une centaine de pages, photo en noir et blanc de la situation marseillaise. Marseille, la grande ville de France la plus inégalitaire : 25 % de pauvreté ( les 10% des ménages les plus riches gagnent, avant redistribution, plus de 15 fois plus que les 10% les plus pauvres) avec sa géographie particulièrement marquée : le 3ème arrondissement est le plus pauvre de France, dans les 1er, 2ème, 14ème et 15ème arrondissements , plus du tiers des habitants est considéré comme pauvres.
Nulle fatalité divine ou fruit d’un quelconque hasard : Ph. Langevin analyse précisément les facteurs de précarité à Marseille. Et s’il parle de la pauvreté visible, celle des allocataires des minima sociaux, il démontre qu’il y a encore plus précaires : 400 sans domicile fixe, 1000 Roms, 6000 réfugiés récents, 12 000 gens du voyage sédentarisés.
 » Ce texte est un document d’alerte. Il interpelle tous les responsables politiques sur une société à plusieurs vitesses qui écarte du développement un nombre très élevé de personnes et génère des situations de précarité qui remettent en cause notre modèle social « .
Il énonce quelques pistes concrètes susceptibles de faciliter l’insertion économique et sociale de la partie la plus pauvre de la population marseillaise. Il en appelle à un sursaut moral, bref, à un besoin urgent de fraternité !
A lire absolument, à diffuser abondamment, à débattre immédiatement, à participer ensemble pour mettre en œuvre les solutions adaptées.
Merci Philippe. A BAS LA PAUVRETE !

 

Philippe Langevin – Pauvres à Marseille

Pièces jointes

Philippe Langevin - Pauvres à Marseille Télécharger

Bidonville « Haribo » 17 juillet 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Depuis 2012, des familles occupaient un terrain, propriété de la ville de Marseille. Elles en ont été, parfois, expulsées, mais sont revenues, chaque fois, s y installer.

 

En septembre 2017, un incendie détruisait une partie du bidonville. Aucune collectivité n’est venue apporter son aide pour dégager les débris calcinés …

Ces derniers temps, le site était dégradé. De nombreux déchets s’étaient accumulés. Là encore, aucune collectivité n’a voulu trouver une solution à ce problème alors que les familles souhaitaient participer au nettoyage du terrain. Le 9 juillet au matin, après que les familles, informées d’une évacuation imminente, aient quitté les lieux, les pelleteuses sont entrées en action …

 

Pièces jointes