Facebook Accueil

Rencontres Tsiganes

Archives par catégorie : Vie de l’association

Assemblée Générale de la FNASAT le 18 juin à Paris 6 juillet 2015

Logo FNASAT définitif janvier 06 JPEGAssemblée Générale de la FNASAT le 18 juin à Paris
(Fédération Nationale des Associations Solidaires avec les Tsiganes et les Gens du voyage)

Présidée par Laurent El Ghozy, cette journée s’est déroulée en deux temps en présence d’une cinquantaine de personnes représentant les associations membres venant de toutes les régions.

La matinée a été consacrée aux formalités d’usage et à la présentation de l’action des services de la fédération répartis en pôles de compétences : la formation, l’habitat, le juridique, la communication avec la Médiathèque Matéo Maximov et la revue Etudes Tsiganes (le rapport est disponible au centre de ressources).
L’après-midi a permis d’aborder des questions plus précises : les conséquences de la loi Raimbourg, la réforme de l’élection de domicile, les relations avec les centres sociaux, les activités économiques des gens du voyage.

 

Les principaux points à retenir :

Fonctionnement : l’association Rencontres Tsiganes a été élue membre du CA de la fédération.
Le CA était constitué jusqu’alors de 20 associations locales dont aucune de la Région PACA. Il se réunit 3 à 4 fois par an.

L’actualité

Le vote de la loi Raimbourg en première lecture par l’Assemblé Nationale le 9 juin, est considéré comme une étape importante après des années de combats. Cependant ce texte soulève encore de nombreuses questions. Le travail des associations locales et de la Fédération demeure essentiel dans l’attente du vote définitif et des décrets d’application puis de la mise en œuvre
Les principaux points à éclaircir concernent : les terrains familiaux, la domiciliation, la gestion des aires d’accueil (règlement intérieur, etc…), le rôle du préfet, les conditions des expulsions.
Il est jugé regrettable qu’à nouveau la caravane ne soit pas considérée comme un logement.

A l’occasion du débat au Parlement on a noté le peu de connaissance des élus sur ce sujet et parfois les erreurs graves commises. La présence des grands groupes en majorité évangélistes focalise l’attention des élus au détriment des questions de fond. Il a été regretté le peu d’engagement du gouvernement qui n’a pas porté ce projet et, de manière générale, le manque d’intérêt et de compétence des différents ministères.

La FNASAT signale en particulier que des crédits d’Etat prévu en soutien aux actions en faveur de gens du voyage ne sont régulièrement pas consommés dans leur totalité. Il en est de même des crédits européens du FEDER qui prévoit le financement de logement en direction des communautés marginalisées parmi lesquels les gens du voyage. Seules 2 régions ont inscrit cet objectif dans leur programme 2014-2020 pour financer des opérations d’habitat pour les gens du voyage.

Commission nationale des Gens du voyage

Nathalie Goyaux responsable des GDV à la DIHAL a présenté le décret du 20 ami 2015 de re- création de la Commission Nationale Consultative des gens du voyage. Son statut et sa composition devraient permettre une meilleure représentativité des associations. Dominique Raimbourg rapporteur de la loi été nommé président. On notera avec intérêt que ce sont les ministères des affaires sociales et de la santé ainsi que celui du logement qui sont maintenant en charge du dossier GDV alors que le ministère de l’intérieur semble sur la touche.

La loi du 27 janvier 2014, dite MAPAM, sur les métropoles a transféré obligatoirement la création et la gestion des aires d’accueil aux nouvelles métropoles.
Pour les Bouches-du-Rhône, ce transfert ne sera effectif qu’au 1er janvier 2016 date de la création de Marseille Aix Métropole.
Conséquence au moins théorique : aucun arrêté d’interdiction de stationnement sur l’aire métropolitaine ne pourrait être pris tant que l’ensemble du schéma départemental n’est pas réalisé.
Voilà un beau sujet de contentieux dans les années à venir !

La domiciliation et la commune de rattachement

Sans attendre la vote définitif de la loi, une circulaire interministérielle est en préparation avec la CNAF afin de tenter de clarifier cette notion. Elle devrait être prête à l’automne.

Pièces jointes

Assemblée générale de Rencontres Tsiganes 9 janvier 2015

Notre AG aura lieu le Samedi 24 Janvier 2015 à 16h à la Maison de la Région au 61 la Canebière à Marseille et sera suivi d’un débat à 17h30 sur les Tsiganes en Amérique latine animé par Marc Bordigoni.

2015 ! 7 janvier 2015

Rencontres Tsiganes
vous présente ses meilleurs vœux
pour l’année 2015

La disparition subite d’un ami 13 mars 2014

 Jen Yves était un des tout premier adhérent de Rencontres Tsiganes . C’est dans la maison des familles avenue Allende à Marseille qu’il animait que nous avons tenu de nombreuses réunions .

 Il nous a quitter brutalement il y huit jours.

Nous lui rendrons un dernier hommage Lundi prochain 15 mars à partir de 17h à La Maison des Familles et des Associations avenue Allende Marseille 13014

Martigues 14 mars : « Ame le Rom ? » 13 février 2014

MJC de Martigues

« Ame le Rom ? »
« Nous les Roms »

Invitation à rencontrer…

Vendredi 14 mars à partir de 18h30

avec Sasha Zanko représentant européen des Roms et gens du voyage, il a participé à la création et la reconnaissance de la nation Romani en 1971, Stéphanie Fernandez-Recatala enseignante,
comédienne et fondatrice du groupe Indicible, Simona collégienne Rom habitant Martigues…

Une soirée organisée avec la complicité du collectif Rom de Martigues, du Réseau Education Sans Frontières Ouest Etang de Berre, de la Ligue des Droits de l’Homme et de la librairie L’Alinéa

Le temps d’une soirée, nous traverserons l’histoire mouvementée de la nation romani, depuis le départ d’Inde jusqu’aux luttes pour la création de cette nation sans territoire… Nous aborderons des questions de langue, de vocabulaire pour se dire soi et désigner l’autre, nous évoquerons aussi les fantasmes et légendes que nous nous sommes réciproquement fabriqués, et la réalité historique qui leur a donné naissance…
En présence de Sasha Zanko contant l’histoire de sa famille et projetant d’en faire un livre, et de Simona jeune Rom de Martigues, nous partagerons les réalités d’hier et d’aujourd’hui, dessinant une Histoire qui, bien que jalonnée d’incompréhension et de scandale, n’en aurait pas moins une part commune.
Enfin grâce à l’art, aux artistes, aux musiciens invités, nous envisagerons comment rendre possible la rencontre, permettant, un jour peut-être, de nous habituer à nous regarder…

L’exposition « Droits des Roms, droits de l’Homme » réalisée par le MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples) de Marseille sera visible à la MJC du 11 au 20 mars.

Entrée libre

Renseignements, réservations auprès de :
La Maison des Jeunes et de la Culture – Bd Emile Zola – 13 500 Martigues – Tel. 04 42 07 05 36 – Mail : mjc.martigues@wanadoo.fr

Des droits fondamentaux aux droits effectifs à Marseille le 28 mars 13 février 2014

 

Inscrivez vous sans tarder  (le programme en  pièce jointe)

 Vendredi 28 Mars 9h30 à Marseille

Rencontres Tsiganes, le Syndicat de la Magistrature, le  Syndicat des avocats de France , la Cimade, la Ligue des droits de l’Homme  etc…vous invitent à cette journée qui permettra de faire le point sur la  situation juridique de ces familles et les difficultés rencontrées par les uns et les autres dans la mise en oeuvre de ces droits.   

Pièces jointes

Colloque droits des Roms Télécharger

Le centre de ressources en action 13 février 2014

La rencontre du 25 avril 2014 sur « Roms – Marseillais »

jpg/Le_Mistral_1.jpg

Mieux se connaître.
Quelles actions concrètes dans nos quartiers ?
Pour quelles solidarités ? »

A l’initiative des secteurs pastoraux du Littoral, de Saint Joseph, les Aygalades et des trois équipes locales quartiers nord du CCFD-TS.
Cette rencontre .a rassemblé une bonne quarantaine de personnes.

Un extrait du film : Roms l’Europe en marge de Renaud Pomiès et Stéphane Etienne a fait ressortir essentiellement l’importance du travail : manque de travail en Roumanie. Espoir de gagner sa vie en France.
Deux associations l’une « Roms Actions » basée en Roumanie et une autre « un Toit par famille » à Nantes ont montré comment une famille trouvait peu à peu un espoir d’insertion par le travail. Alphabétisation, formation sont les deux clés indispensables.

L’apport de Caroline Godard très au courant de l’histoire des Roms éparpillés dans plusieurs pays et de leur situation ici à, a permis de voir la réalité de cette population, formée de plusieurs groupes : les gitans, les manouches, les tziganes…. En plus il y a des particularités suivant la situation géographique des familles roms. Cette population n’est pas uniforme.
Elle nous a présenté la fin des mesures transitoires et les nouvelles mesures d’accès au travail qui vont se mettre en place peu à peu. Accès à l’emploi par Pôle Emploi, la mission locale.
Elle a aussi déconstruit les idées préconçues que nous avons facilement. Par exemple la confusion que beaucoup font en associant les gens du voyage et les familles roms. Celles-ci deviennent nomades par nécessité à cause des expulsions régulières. Nous avons souligné le poids des médias qui donnent trop souvent une image négative de ces familles en faisant des amalgames et en généralisant.
Elle a insisté sur l’importance de l’accès à l’eau. (Forum mondial alternatif sur l’eau en 2011) qui n’est pas gagné et qui se heurte à un refus de la municipalité. Les élections municipales approchent ! Elle a souligné le travail important de Médecins du monde et de Rencontre Tsiganes qui font régulièrement des maraudes dans tous les squats.

jpg/Le_Mistral_2J-PG.jpg

Caroline Godard – Rencontres Tsiganes

Le débat a été riche. Et de nombreuses questions et préoccupations ont été posées. La scolarité : son importance et ses difficultés. La mendicité et les dents en or ? Les raisons de leur départ ? La « responsabilité de la Roumanie qui devrait les « accueillir ». Le courage de ces familles qui ne baissent pas les bras et qui cherchent chaque jour comment nourrir leur famille. Le débat a permis aussi d’exprimer quelques craintes. Crainte devant ces squats qui nous heurtent et qui rappellent les bidonvilles d’après guerre ! Crainte d’aller vers eux car nous ne nous connaissons pas. Des témoignages ont montré que ces contacts étaient possibles et importants à la fois pour ces familles et pour nous. Cette dizaine de squats répartis sur notre secteur des 15ème et 14ème arrondissements s’ajoutent à la précarité de nos quartiers. Comment réagir face à l’extrême pauvreté ?

Des gestes de solidarité ont été exprimés : Importance du contact, de l’écoute, de l’accompagnement, du temps. Etre plusieurs, travailler avec les associations. Etre citoyen, importance de la fête. Des bénévoles font des activités avec les enfants, d’autres animent une bibliothèque de rue, d’autres font de l’accompagnement scolaire, d’autres désirent mettre en route l’alphabétisation pour les mamans volontaires. Le rôle des associations est important….
Accepter aussi notre propre complexité : tantôt « méfiant et critique », tantôt « fraternel ». Une évolution de notre regard est possible. Bâtir la confiance.
A été abordé aussi la nécessité de nous informer, de nous former le mieux possible, afin de prendre du recul. Comment agir pour changer l’opinion publique ? Chacun peut s’engager différemment.
Oser davantage s’exprimer dans les médias pour contrebalancer et aller à contre courant.
La question des migrations nous concerne tous.

Pièces jointes